Après 15 années de bons et loyaux services en Europe où il a quasiment tout gagné (hormis la Ligue des Champions), Gabriel Heinze a décidé de revenir aux Newell’s Old Boys qu’il avait quitté durant l’été 1997 pour rejoindre Valladolid. S’en suivront des expériences enrichissantes du côté du PSG, de Manchester United, du Real Madrid, de l’OM et de l’AS Roma. Mais à 34 ans, l’envie de revenir au pays a été la plus forte et il n’a pas hésité à résilier son contrat avec le club romain pour rejoindre son club formateur pour deux saisons moyennant de gros sacrifices financiers.

Et force est de constater que l’ancien roc du PSG et de l’OM a fait le bon choix. Depuis son arrivée, il a stabilisé la défense de l’équipe de Rosario qui profite grandement du retour de l’enfant du pays et de son expérience. Lors du dernier tournoi de clôture, le Newell’s n’avait terminé que sixième. Depuis l’arrivée de l’international argentin, Los Leprosos, invaincus, sont deuxièmes du tournoi d’ouverture, derrière Velez Sarfield, mais avec deux matches en moins.

Depuis son retour au pays, Gabriel Heinze n’a pas changé d’un pouce. Le roc défensif argentin fait toujours parler sa grinta et son engagement de tous les instants fait passer des soirées difficiles aux attaquants adverses. Mais malgré son incroyable expérience, Heinze peine toujours à se canaliser, il s’est d’ailleurs fait expulser il y a quinze jours face à Arsenal, pour un excès d’engagement qui a fait suite à une protestation auprès de l’arbitre.

Interrogé sur son carton rouge dans la presse argentine, l’ancien Parisien plaide non coupable, mais avoue que son caractère lui joue toujours des tours. « Je ne me prends pas la tête à savoir si nous sommes d’accord ou non (avec l’arbitre). Je vois les choses différemment de l’arbitre. Mais malheureusement, c’est lui qui décide. C’est comme ça. Mais je dois également faire mon autocritique, car parfois je ne devrais pas "me prendre la tête comme ça". Mais dans certaines situations, mon caractère et mon tempérament m’amènent à commettre ce genre d’erreurs. » Une erreur de « jeunesse » dont les dirigeants du club de Rosario ne lui tiendront pas rigueur, tant ils sont heureux de l’impact positif que son retour a pu avoir sur leur équipe.