Une victoire sur les neuf derniers matches. Depuis sa désillusion contre la Suède lors des barrages des éliminatoires à la Coupe du Monde 2018 en novembre dernier, l’Italie inquiète. En plus de cette défaite, la Nazionale a enregistré quatre nuls, trois défaites et une seule victoire, face à l’Arabie Saoudite (2-1). Et pour ses débuts en Ligue des Nations, la sélection italienne a fait nul face à la Pologne (1-1) avant de s’incliner contre le Portugal (0-1). Pour tenter de se reprendre, l’équipe de Roberto Mancini défiait ce mercredi soir l’Ukraine, invaincue depuis novembre 2017, lors d’une rencontre amicale. Pour cette partie, le sélectionneur italien reconduisait Donnarumma et Jorginho, uniques rescapés de la défaite italienne contre le Portugal. Verratti faisait son retour comme Chiellini et Bonucci, tandis que Bernardeschi, Chiesa et Insigne s’occupaient d’animer l’attaque de la Squadra Azzura. Du côté ukrainien, Andriy Shevchenko n’effectuait que deux changements par rapport à la victoire sur la Slovaquie avec les titularisations de Sydorchuk et Zinchenko à la place de Stepanenko et Yarmolenko.

Dès le début du match, les Italiens mettaient beaucoup d’intensité. Marco Verratti trouvait parfaitement Bernardeschi à l’entrée de la surface, mais l’attaquant de la Juventus butait sur Pyatov (4e). Le milieu parisien, très en vue en début de match, trouvait parfaitement Bonucci mais Pyatov sortait un arrêt sublime (7e). Après une longue phase de possession italienne, Lorenzo Insigne, bien trouvé par Chiesa, ouvrait son pied mais sa tentative passait de peu à côté de la cage ukrainienne (21e). À noter que le milieu de terrain ukrainien n’existait pas vraiment face au duo Jorginho-Verratti, très solide à la récupération et dans la construction. Le troisième milieu, Nicolo Barella, se démarquait en tentant sa chance, mais Pyatov repoussait en corner (23e). De son côté, l’Ukraine avait bien du mal à inquiéter Donnarumma et la défense italienne. Après Bernardeschi et Insigne, c’est Chiesa qui tentait sa chance, mais lui aussi trouvait Pyatov sur son chemin (36e). À la 43e minute, le match était arrêté (sous les applaudissements) pour rendre hommage aux victimes de l’effondrement du pont Morandi en août dernier. Juste avant la pause, Marlos tentait sa chance, sans grand danger pour Donnarumma (45e). À la pause, les deux équipes étaient à égalité (0-0).

Verratti, seule satisfaction de Mancini

Face à un bloc ukrainien très bas, les Italiens ne trouvaient que trop peu de solutions offensives, avant d’enfin trouver la solution. À l’extérieur de la surface, Bernardeschi armait une frappe puissante, dont le rebond trompait Pyatov, qui aurait pu mieux faire (55e, 160). Après cette ouverture du score méritée pour les Italiens, qui avaient déjà tiré 12 fois avant d’inscrire ce but par l’intermédiaire de l’attaquant turinois, les hommes de Mancini continuaient d’attaquer. Seulement, la riposte ukrainienne intervenait un peu plus tard avec une frappe de Yaremchuk, bien repoussée par Donnarumma (61e). Sur le corner suivant, l’Ukraine parvenait à égaliser grâce à une demi-volée de Malinovsky après une bonne remise de Burda (62e, 1-1). Sur les deux seules réelles occasions ukrainiennes, l’Italie craquait et voyait son adversaire revenir au score. Marco Verratti, auteur d’un match plus qu’intéressant, cédait sa place à Bonaventura à vingt minutes du terme.

En grande difficulté pendant plus d’une heure de jeu, les Ukrainiens se rebellaient à l’image d’un coup franc envoyé par Malinovskiy sur la transversale de Donnarumma, avant que le portier italien ne s’impose devant Stepanenko dans la continuité de l’action (71e). Après la sortie de Marco Verratti, seul Jorginho tentait de sortir du lot en alimentant les éléments offensifs italiens, sans pour autant faire la différence. Avec 92% de passes réussies, le joueur du PSG avait clairement fait un match intéressant, marqué notamment par son jeu vers l’avant. Après une excellente percée côté gauche de Petryak, Tsygankov était trouvé à l’entrée de la surface mais la pépite ukrainienne voyait sa tentative flirter avec le poteau de Donnarumma (79e). Malgré une grosse phase d’attaque italienne, la Squadra Azzura n’arrivait plus à inquiéter Pyatov, dont la soirée aura été entachée par sa faute de main sur le but italien. L’arbitre sifflait finalement la fin du match et la Nazionale réalisait une nouvelle contre-performance (1-1). L’Italie enchaîne ainsi un cinquième match sans victoire sur son sol, sa pire série depuis... 93 ans.

Revivez le film de la rencontre sur notre live commenté.