« Je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu. Merci LA Galaxy. Les fans de Galaxy - vous avez voulu Zlatan, je vous ai donné Zlatan. Maintenant retournez voir du baseball ». C’est par le biais de ce mini-communiqué publié hier soir que Zlatan Ibrahimovic a annoncé la fin de son aventure avec le Los Angeles Galaxy, entamée en mars 2018. On y retrouve toute l’arrogance et la provocation de l’attaquant suédois, qui, rappelons-le, n’a gagné aucun trophée collectif aux Etats-Unis. Par contre, il a bien mis 52 buts en l’espace de deux saisons, prouvant qu’à 38 ans, il n’avait rien perdu de son sens du but.

A tel point que malgré cet âgé très avancé pour un footballeur de haut niveau, Zlatan Ibrahimovic garde la cote sur le marché des transferts. D’abord du côté de l’Italie, où le souvenir du géant suédois réchauffe le cœur des supporters d’un AC Milan en mauvaise posture cette saison. L’optique de récupérer son ancien buteur (2010-2012) est clairement étudiée du côté de la Lombardie. Même si pour cela, il faudra vendre quelques joueurs et dégager des liquidités (les noms de Ricardo Rodriguez, Fabio Borini et Franck Kessié sont évoqués). Un salaire de 4 M€ annuels pourrait être proposé à Ibra selon la Gazzetta dello Sport.

La Premier League est aussi attentive

Mais Milan n’est pas seul en Italie. Bologne et Naples seraient également en train d’étudier cette option. Cependant, ils partent avec une longueur de retard au regard du passé commun entre l’attaquant et les Rossoneri. On pourrait croire que seuls des clubs de la Botte ont envie de croire à l’apport d’un joueur de 38 ans. Eh bien non. Quelques formations de Premier League seraient également sur le coup. Sans que cela suscite le scepticisme. Skysports a par exemple publié un sondage, demandant si Ibrahimovic est trop vieux pour la Premier League. 52 % pensent que non.

Le passage du Suédois à Manchester United a visiblement laissé de bons souvenirs, malgré une deuxième année quasi-blanche à cause d’une grave blessure et un départ anticipé au mois de mars 2018. On doute cependant qu’un club haut placé fasse appel à ses services. Et connaissant Zlatan, pas sûr qu’un club jouant le maintien satisfasse son ego. Quoi qu’il en soit, être capable d’exciter autant de formations à 38 ans représente déjà un bel exploit pour l’ancien buteur du Paris Saint-Germain.