Un dénouement indécis ! Le suspense était à son comble avant la dernière journée des qualifications dans la Zone Am-Sud (CONMEBOL), où seul le Brésil (38 pts) avait la qualification en poche. S’il était écrit que le Venezuela, la Bolivie et l’Equateur ne verraient pas la Russie, six équipes se disputaient trois tickets directement qualificatifs pour le Mondial 2018. Sixième et au bord du gouffre, l’Argentine se déplaçait en Equateur pour éviter une impensable désillusion. Les Argentins, qui restaient sur quatre déplacements infructueux sur la côte pacifique (1N, 3D), affrontaient une équipe d’Equateur qui avait perdu toutes chances de voir la Russie lors de son dernier déplacement au Chili. Menée dès la première minute de jeu, sur un joli mouvement mené et conclu par Romario Ibarra et relayé par Roberto Ordoñez (1-0, 1e), l’Argentine trouvait les ressources pour renverser la situation grâce à deux fulgurances de Lionel Messi, initiateur de la remontée de l’Albiceleste.

Sur un joli une-deux Messi trouvait Di Maria, qui lui rendait la pareille dans la surface. La Pulga finissait de l’extérieur du pied devant le gardien équatorien et remotivait les siens (1-1, 11e). Lionel Messi récidivait quelques minutes plus tard, plein d’envie, après avoir subtilisé un ballon des pieds d’Aimar. Sa frappe puissante ne laissait aucune chance à Banguera (1-2, 18e). Si le début de match avait des allures de cauchemar pour les visiteurs, la révolte avait bien eu lieu. Dans le deuxième acte, la gestion argentine semblait périlleuse. La vitesse des joueurs de côtés de La Tri donnait quelques frissons aux latéraux argentins. Et si l’on doutait de la capacité de l’Albiceleste à tenir le résultat, Lionel Messi, encore lui, venait mettre tout le monde d’accord, et l’Argentine à la Coupe du Monde, d’un troisième but qui ne devait rien à personne. Contrôle à trente mètres, accélération, débordement et petit lob du pied gauche, qui érigeaient la Pulga au rang de héros de la nation (1-3, 62e). Avec cette victoire sur le fil, l’Argentine de Sampaoli termine à une improbable troisième place, dans la Zone CONMEBOL.

L’Uruguay et la Colombie ont leur ticket, le Pérou en barrages

Au registre des succès, toujours, l’Uruguay (28 pts), deuxième, était en ballottage favorable avant de recevoir la Bolivie, avant-dernière. Si la bande d’Oscar Tabarez, qui était assurée de décrocher au minimum la place de barragiste, était cueillie à froid par la Bolivie, sur un but inscrit contre son camp par Gaston Silva (0-1, 24e), la révolte allait une nouvelle fois avoir lieu. Le défenseur du Hellas Vérone, Martin Caceres remettait les deux équipes à égalité en fin de première période (1-1, 39e), avant qu’Edinson Cavani ne redonne l’avantage à la Celeste trois minutes plus tard, à l’Estadio Centenario de Montevideo (2-1, 42e). En deuxième période, c’est Luis Suarez, présent malgré une blessure au genou, qui en marquant par deux fois (4-1, 60e, 76e) assurait le succès uruguayen, et la deuxième place de la zone. Le CSC de Godin, en toute fin de match (4-2, 79e), ne gâchait en rien la qualification de l’Uruguay à la Coupe du Monde. Sa troisième d’affilée.

La Colombie (26 pts) et le Pérou (25 pts) s’affrontaient dans un duel de tous les dangers du côté de Lima. Le perdant de la rencontre pouvait voir Argentins et Paraguayens le dépasser. Et dans ce match couperet, c’est la Colombie qui refroidissait les ardeurs péruviennes. Sur une passe de Radamel Falcao, James Rodriguez permettait aux Cafeteros d’assurer leur place en Russie (0-1, 56e). Le Pérou restait quant à lui aux portes de la Coupe du Monde. Mais c’était sans compter sur l’éternel Paolo Guerreiro, 33 ans, qui remettait les deux équipes à égalité vingt minutes plus tard (1-1, 76e). Un résultat nul qui permet à la Colombie de décrocher le dernier ticket qualificatif pour le Mondial 2018, dans la zone Am-Sud et qui envoie le Pérou en barrages, face à la Nouvelle-Zélande, grâce à une différence de but favorable.

A deux buts près, le Chili ne verra pas la Russie

Fin de cycle. Troisième avant la dernière rencontre des éliminatoires, le Chili (26 pts) avait la lourde tâche de se déplacer à Sao Paulo, pour y affronter un Brésil déjà qualifié mais jamais rassasié de succès. Double-championne d’Amérique du Sud en titre et finaliste de la Coupe des Confédérations en juin dernier, la Roja a explosé en vol face à une Seleção libérée (3-0). Rien n’avait été marqué lors du premier acte et le Chili se dirigeait doucement mais sûrement vers la Russie. Et puis, la machine brésilienne s’est mise en route. Lorsque le Barcelonais Paulinho ouvrait le score à la 55e minute, la Roja était d’ailleurs toujours qualifiée, grâce à une différence de buts favorable. Mais Gabriel Jesus n’avait aucun remord à doubler la mise, deux minutes plus tard (2-0, 57e). Dans le même temps, la Colombie avait ouvert le score à Lima, face au Pérou, et le Chili serrait les dents.

Mais l’égalisation péruvienne venait doucher les espoirs chiliens et Gabriel Jesus venait parachever le large succès brésilien dans le temps additionnel (90+3). Trois buts encaissés qui coûtent cher à la sélection d’Alexis Sanchez et Arturo Vidal, puisque la Roja termine avec le même nombre de points que le Pérou (26 pts), mais avec une différence de buts de -1, quant le Pérou conclut les qualifications à +1. Dernière rencontre de la zone Am-Sud, avec toujours autant d’enjeu, le Paraguay accueillait le Venezuela à Asuncion. Vainqueur surprise en Colombie, dans les tous derniers instants, lors de l’avant-dernière journée, le Paraguay (24 pts) avait de bonnes chances de voir la Russie, s’il battait la lanterne rouge vénézuélienne en clôture. Mais les Guarani ont complètement craqué à domicile, et concédé une défaite inexplicable dans les derniers instants. L’attaquant de New York City Yangel Herrera a permis à la Vinotinto de mettre fin à une série de six matches sans victoire.

Les résultats de la dernière journée des qualifications dans la Zone CONMEBOL

- Uruguay 4 - 2 Bolivie : Caceres (39e), Cavani (42e), Suarez (60e, 76e) pour l’Uruguay, Silva (c.s.c, 24e) , Godin (c.s.c, 79e) pour la Bolivie.

- Brésil 3 - 0 Chili : Paulinho (55e), Gabriel Jesus (57e, 90e+3) pour le Brésil.

- Pérou 1 - 1 Colombie : Paolo Guerrero (76e) pour le Pérou, James Rodriguez (56e) pour la Colombie.

- Equateur 1 - 3 Argentine : Ro. Ibarra (1e) pour l’Equateur, Lionel Messi (11e, 18e, 62e) pour l’Argentine.

- Paraguay 0 - 1 Venezuela : Herrera (84e) pour le Venezuela.