À 32 ans, Edinson Cavani vit sans doute l’une des saisons charnière de sa carrière. Joueur du Paris Saint-Germain depuis l’été 2013, le Matador s’est fait une réputation XXL dans la capitale. Meilleur buteur de l’histoire du club rouge et bleu et véritable chouchou des supporters franciliens, l’Uruguayen est l’un des rares joueurs de l’ère QSI à avoir conservé une telle cote au fil des années. Cependant, Cavani doit faire face à ses premiers vrais soucis à Paris.

Quand Zlatan Ibrahimovic officiait à la pointe de l’attaque parisienne, l’ancien Napolitain s’était retrouvé exilé sur le côté, mais il gardait une bonne efficacité face au but. Quand Neymar et Kylian Mbappé ont signé en 2017, pas de souci encore une fois pour le buteur sud-américain à qui revenait de droit le poste d’avant-centre. Mais cette saison, l’arrivée de Mauro Icardi et une nouvelle blessure à la hanche ont tout changé. Absent des terrains durant deux mois, le natif de Salto a vu son concurrent argentin s’installer confortablement à la pointe de l’attaque francilienne (9 buts en 10 matches, toutes compétitions confondues).

Cavani retrouve le chemin des filets

De quoi alimenter les rumeurs sur son avenir puisqu’il n’a toujours pas prolongé un bail prenant fin en juin prochain. Depuis, son agent est monté au créneau pour faire savoir que le Matador ne plierait pas bagage en cours de saison. Comme souvent, Cavani a donc choisi de se battre pour retrouver son lustre d’antan. Et pour retrouver le moral avant de repartir à la bataille, rien de tel qu’une convocation en sélection. Appelé par Oscar Tabarez pour la première fois depuis la fin de la Copa América, Cavani n’a pas tardé à retrouver ses sensations. Toujours considéré comme une vache sacrée dans le onze de départ de la Celeste, le Parisien n’a eu besoin que de 15 minutes pour ouvrir le score face à la Hongrie (2-1).

Sa 49e réalisation en 115 capes. Son troisième de la saison, après le dernier marqué le 18 août dernier contre Rennes. Muet face aux médias français depuis son retour à la compétition, l’intéressé n’a pas caché que ce but avait un goût appréciable durant cette période compliquée. « Marquer avec la sélection a toujours une saveur spéciale. Pour nous les attaquants, marquer un but c’est toujours quelque chose de bon parce qu’un but nous donne de la confiance, de la sérénité et t’aide à rester en vie, » a-t-il déclaré après la rencontre, dans des propos relayés par Ovacion. Et si cette bouffée d’air frais tient jusqu’à ce soir et le choc face à l’Argentine (match à suivre sur notre live commenté), nul doute que cela aidera peut-être Cavani à rentrer à Paris avec un regain de confiance.