« Noël (Le Graët, NDLR), je croyais que vous n’interfériez pas dans les décisions du sélectionneur ! Sachez que c’est moi et moi seul qui mettrais un terme à ma carrière internationale. Si vous pensez que je suis terminé, laissez-moi jouer pour un des pays pour lesquels je suis éligible et nous verrons ». Les propos de Karim Benzema samedi soir sur son compte Twitter, répondant à une interview du président de la FFF sur RMC Sport dans laquelle ce dernier affirmait que la carrière internationale de l’attaquant était terminée, on fait beaucoup de bruit. Et tout le monde se pose la même question...

Actuellement, Karim Benzema pourrait-il jouer avec l’Algérie, pays d’où sont originaires ses parents, ou avec une autre sélection comme l’Espagne ? Non. Le règlement de la FIFA est très clair. Tout joueur qui a déjà disputé une rencontre officielle avec un pays ne peut plus changer de nationalité sportive. Munir El Haddadi, qui avait disputé une petite rencontre avec la sélection espagnole, n’a ainsi pas pu défendre les couleurs du Maroc, son pays d’origine. Les Lions de l’Atlas avaient déposé, avant le Mondial 2018, un recours devant la FIFA puis devant le TAS, essuyant des refus dans les deux cas. On imagine mal la FIFA autoriser un changement de nationalité sportive à un joueur qui compte plus de 80 sélections si elle ne l’a pas fait pour un autre qui ne comptait qu’une demi-heure de jeu avec sa "première" sélection.

Ne plus être Français, la seule option pour Benzema

Il faut également regarder de près les règlements de chaque pays, puisque si Benzema est a priori éligible pour être naturalisé espagnol du fait de son temps de résidence dans le pays du sud de l’Europe, l’Espagne ne reconnaît pas la double-nationalité pour les individus n’ayant pas un parent espagnol ou n’étant pas issus d’un pays d’Amérique du Sud, du Portugal, des Philippines ou de la Guinée Equatoriale. Il devrait donc dire adieu à la nationalité française pour obtenir l’espagnole. Et, si on se base sur les règles de la FIFA, renoncer à la nationalité française serait de toute manière la seule solution pour lui s’il souhaite représenter un autre pays, quel qu’il soit. Il faudrait tout simplement que l’Etat Français décide de lui retirer la nationalité, ou que lui même décide d’y renoncer par déclaration ou décret.

« Un joueur qui, suite à une décision d’une autorité étatique, perd définitivement, sans son consentement et contre sa volonté, la nationalité du pays avec lequel il a disputé une rencontre internationale, pourra demander une autorisation pour jouer avec une autre fédération dont il possède ou possédera la nationalité », explique l’article 8.2 du règlement de l’institution qui régit le football mondial. Dès lors, comme l’affirme l’article 8.3, il pourrait solliciter un "transfert" et ainsi pouvoir défendre les couleurs d’un autre pays. Mais il faut préciser qu’il ne s’agit pas d’une décision à prendre à la légère pour un citoyen, et de son côté, l’Etat n’a aucune raison de vouloir lui retirer sa nationalité française. Autant dire qu’a priori, Karim Benzema ne devrait pas pouvoir jouer avec un autre pays que la France.