En début d’été, l’Espagne a remporté, avec brio, l’Euro U21, affichant une énorme supériorité sur la plupart de ses rivaux, tant sur le plan collectif qu’individuel. Il faut dire que dans l’effectif espagnol, on comptait bon nombre de joueurs déjà habitués aux joutes du haut niveau, en Espagne ou à l’étranger, à l’image de cadres déjà confirmés comme Mikel Oyarzabal (Real Sociedad), Fabian Ruiz (Naples), Dani Ceballos (Real Madrid, Arsenal) ou Junior Firpo (Betis, FC Barcelone). D’autres en revanche, ont profité de ce tournoi pour se faire un nom, en Espagne et à l’international. C’est le cas de Dani Olmo, l’attaquant du Dinamo Zagreb.

Parti de la Masia du FC Barcelone pour la Croatie, il n’était logiquement pas très connu du grand public de l’autre côté des Pyrénées. Un pari risqué qui s’avère finalement payant, puisqu’il semble bel et bien avoir franchi un cap dans les Balkans. Sur le côté droit de l’attaque de la Rojita en juin, il a brillé, faisant étalage de sa palette pour le moins complète. La preuve, il est tout aussi redoutable sur un flanc que derrière un attaquant ou même en tant que faux 9, capable de régaler ses coéquipiers comme de terminer les actions. Il vient d’ailleurs d’inscrire trois buts lors des deux derniers matchs des Espoirs espagnols dont il est devenu le capitaine, la génération des Ceballos et Fabian étant passée à l’échelon supérieur pour des raisons d’âge.

Zagreb demandait 40 millions d’euros !

Sportivement, tout se passe plutôt bien pour lui, et le Dinamo Zagreb a réussi à obtenir son ticket pour la Ligue des Champions. L’Espagnol a d’ailleurs seulement disputé les rencontres européennes et n’a pas pris part au championnat, le staff du club croate ne souhaitant pas prendre le risque de le voir se blesser et ne pas pouvoir compter sur lui pour les différentes rencontres de tours de qualification. C’est dire à quel point il est la star de son équipe. Seulement, le club lui avait fait une promesse : il aurait dû avoir la possibilité de quitter le club une fois qu’il aurait aidé le Dinamo à se qualifier. Mais les dirigeants ont fixé un prix colossal à leur prodige ibérique : 40 millions d’euros. Forcément, ça a tout compliqué...

« Je crois que ce prix était trop élevé. Pas parce que je pense que je vaux moins, mais parce que je joue dans le championnat croate, et les clubs étrangers prennent ça en compte. C’est difficile qu’un club paye autant pour un joueur du championnat croate. Je n’ai rien à cacher : je voulais quitter le Dinamo, je voulais avancer, aller dans un club plus fort des cinq grands championnats, j’ai pensé que cet été était le bon moment pour partir », avait-il confié, frustré, dans des propos rapportés par ABC. En Espagne, on est même arrivé à parler de « prise d’otage » !

Il faut dire que plusieurs bonnes formations du Vieux Continent étaient annoncés sur le coup, et on a notamment parlé de l’Atlético de Madrid, Valence, de l’Ajax, de l’AC Milan, et même de son club formateur, le FC Barcelone. Le Dinamo lui a fait une proposition de prolongation, histoire de calmer les ardeurs, avec un salaire d’environ 1,2 millions d’euros par saison, du jamais vu en Croatie, soit 3 à 5 fois plus que ce qu’il gagne actuellement. Mais tout porte à croire que Dani Olmo attend avec impatience un retour en Europe de l’Ouest... Rendez-vous cet hiver.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10