L’Espagne a souffert pour battre la Bosnie, en amical, dimanche, à Las Palmas (1-0). La Roja a dû s’en remettre à Brais Mendez (21 ans) pour finalement l’emporter dans le dernier quart d’heure (78e). Un évènement pour le jeune milieu de terrain du Celta de Vigo, qui, entré en jeu à la 58e, honorait là sa première sélection. Il avait évidemment le sourire en zone mixte au sortir de la rencontre.

« Je suis content d’avoir fait mes débuts en sélection et quoi de mieux que de marquer pour les célébrer », a-t-il lâché, relayé par As. L’ex-international Espoirs (2 capes) espère évidemment que ce n’est que le début. « Oui, Luis Enrique donne leur chance aux jeunes, c’est une motivation. Nous savons qu’il suit aussi les jeunes et peut appeler n’importe qui. Il nous pousse à être bons », a-t-il lancé.

Une folle ascension en un an

Luis Enrique, qui l’avait connu au Celta lorsque le joueur évoluait chez les équipes de jeunes, lui a accordé sa confiance, et était donc lui aussi satisfait en conférence de presse d’après-match. « Débuter en sélection et marquer d’emblée, ce n’est pas donné à tout le monde. Il a été bon et c’est beau de voir qu’il y a de l’avenir en sélection », a-t-il indiqué. Il faut dire que tout va très vite pour le natif de Mos, membre de la « Seleccion de demain » pour As. Ses débuts professionnels, avec Vigo, remontent à un peu plus d’un an seulement.

Depuis, il a inscrit 4 réalisations et délivré 3 passes décisives en 29 apparitions en Liga, s’imposant comme un des espoirs les plus prometteurs du football espagnol et glanant donc sa première cape en équipe nationale. Mais il en veut encore plus. « Ce doit être l’année de la confirmation, cela ne doit pas être qu’un coup d’une fois et confirmer tout ce qui s’est passé l’année dernière », expliquait-il au quotidien espagnol Voz de Galicia récemment. C’est plutôt bien parti !