Pour la grande majorité, Falcao est un chasseur de buts colombien sévissant en Principauté. Mais pour les amateurs de technique pure et de skills enflammés, ce nom est aussi et surtout associé au futsal. Du haut de ses 36 ans, Alessandro Rosa Vieira, dit Falcao donc, fait encore le spectacle sur les parquets, à coups de gestes techniques inconnus et spectaculaires. Double vainqueur de la Coupe du monde et champion du monde en titre avec la Seleção, il rêve aujourd’hui de plus de reconnaissance pour son sport de toujours.

Une mise en lumière qui pourrait passer par l’arrivée du futsal aux Jeux Olympiques, souvent évoquée, mais pas encore effective, cette proposition devait être étudiée pour 2020, d’après Jacques Rogge, président du CIO. Mais la démission de ce dernier cette année jette à nouveau le flou autour de l’avenir olympique de la discipline. Et Falcao ne se montre pas particulièrement confiant dans cette affaire, la faute à un manque de solidarité au sein même de la planète futsal.

« Je crois que les principaux adversaires en futsal ne parlent pas entre eux. Ils sont rivaux même en dehors du terrain. Ils ne veulent pas organiser un mouvement, » a-t-il lâché dans une interview accordée à Omnisport. « Le Brésil, la Russie et l’Espagne ont un pouvoir politique, mais ils n’agissent pas ensemble. Tout le monde veut du futsal aux JO, mais personne ne se bat pour cela. Il n’y a pas de leaders, donc je pense que nous sommes loin de jouer aux JO. » Espérons pour les amateurs de beaux gestes que l’intervention de Falcao fasse bouger les choses.