Le Real prêt à casser sa tirelire pour De Gea

Et si David De Gea devenait le gardien le plus cher de l’Histoire ? À en croire le quotidien anglais, The Sun, la probabilité existe. En effet, le Real Madrid serait, selon le tabloïd, prêt à dépenser la modique somme de 72 millions d’euros pour s’attacher les services de l’international espagnol. Un record en la matière puisque seul Gianluigi Buffon, lors de son transfert de Parme à la Juventus a généré une somme aussi folle (52 millions d’euros). C’était il y a 16 ans maintenant en 2001. Rappelons que le club merengue avait déjà insisté en 2015 pour faire venir le portier de Manchester United, mais le club anglais avait résisté aux offensives madrilènes jusque dans les derniers instants du mercato. Mais cet été, la donne pourrait changer d’autant que MU est déjà à la recherche d’un nouveau gardien afin de palier le départ de De Gea, qui semble, donc, plus que jamais d’actualité.

La Chine revient à la charge pour Diego Costa

Il y a trois jours, le Daily Express annonçait que l’attaquant de Chelsea, Diego Costa s’était vu offrir un bon de sortir par le club londonien. Aujourd’hui, le journal Mirror prend le relais et annonce qu’un club chinois serait revenu à la charge pour enrôler le buteur des Blues dès cet été avec un contrat pharaonique. Costa sera rémunéré à hauteur de 775 000 euros par semaine, soit 40 millions d’euros par an, ce qui en ferait un des joueurs les mieux payés au monde. Déjà insistant cet hiver pour lui faire rejoindre l’Asie, la Chine va-t-elle enfin convaincre le joueur et Chelsea ? Réponse d’ici quelques semaines.

La Juve fait pleurer Neymar et le Barça

Auteur d’un nul (0-0) hier soir au Camp Nou, la Juventus est donc qualifiée pour les demi-finales de la Ligue des Champions. Et cette élimination du FC Barcelone n’est pas passée inaperçue dans la presse étrangère. De l’autre côté des Alpes, l’heure est à la célébration et la joie. Tuttosport appelle les Bianconeri « les Invincibles » alors que Le Corriere insiste sur les larmes de Neymar après le match dans les bras de Daniel Alves. Le journal madrilène Marca se moque, lui, de son meilleur ennemi en montrant les quatre qualifiés et en insistant sur les « quatre boules » pour le tirage et « l’enterrement » dans le même temps des Catalans. As, de son côté, fait la une sur « le tremblement de terre » de l’élimination alors que la presse catalane, elle, tient à souligner la bravoure et la sortie par « les honneurs » des Barcelonais.