La première saison des EA Ligue 1 Games a eu lieu cet été du côté de Washington. L’occasion pour la Ligue 1, en partenariat avec Electronic Arts, de s’exporter du côté des États-Unis. L’occasion aussi pour Marseille, Bordeaux, Saint-Étienne et Montpellier de répéter leurs gammes à trois semaines de l’ouverture officielle du championnat de France. Cependant, le succès n’est pas réellement au rendez-vous avec seulement 200 personnes présentes pour assister au premier match (ASSE - MHSC), alors que l’Audi Field est un stade qui peut accueillir 20 000 places. On en attend plus pour cette finale, qui oppose l’Olympique de Marseille et l’AS Saint-Étienne, les deux ayant respectivement battu Bordeaux (2-1) et Montpellier (4-2). Mais il n’en est rien, les tribunes sont encore loin de faire le plein. Et pourtant, cette opposition voit deux des clubs français les plus titrés s’affronter. Dans les compositions de départ, pas d’énormes surprises. André Villas-Boas continue de faire confiance à son 4-3-3 qui voit Steve Mandanda être capitaine sur cette rencontre. Dans le onze, Morgan Sanson et Jordan Amavi sont remplacés par Maxime Lopez et Christopher Rocchia. Dans les rangs du 4-2-3-1 stéphanois, Robert Beric est sur le banc, Romain Hamouma en pointe et c’est Arnaud Nordin qui fait son entrée dans l’équipe.

Les premières minutes ne permettent pas de voir les plus belles occasions puisque le jeu est entaché de quelques fautes et autres imprécisions techniques malgré la domination de l’OM dans la possession. La première grosse possibilité est pour Dimitri Payet, sur coup franc, qui oblige Stéphane Ruffier à s’employer pour sortir cette balle (9e). Sur le corner qui suit, la tête de Boubacar Kamara sera captée par le capitaine stéphanois qui montre qu’il est déjà bien dans son match. Par la suite, en contre, Maxime Lopez porte le ballon côté droit. Il décale Kevin Strootman qui trouve ce même Dimitri Payet à gauche. Le numéro 10 olympien feinte la frappe et enroule son ballon pour trouver le petit filet opposé et permettant à l’OM de prendre les devants (1-0, 12e). L’ailier se montre à son avantage dans ce tournoi avec trois buts en deux rencontres. Le scénario pousse Saint-Étienne à se montrer. Les Verts ne vont pas attendre pour égaliser, puisque cinq minutes plus tard, la nouvelle recrue Denis Bouanga centre côté droit et Arnaud Nordin place alors une tête imparable dans les filets olympiens (1-1, 17e). Le retard est déjà comblé, de quoi relancer parfaitement le suspens de cette finale. Cependant, premier coup dur pour l’Olympique de Marseille au retour de la pause fraîcheur. À la suite d’une faute grossière de Zaydou Youssouf, averti pour l’occasion, Luiz Gustavo reste au sol. Le Brésilien est contraint de sortir sur blessure, de toute vraisemblance à la cheville, remplacé par Morgan Sanson (28e). De quoi donner quelques sueurs froides aux Marseillais qui ont déjà perdu Florian Thauvin sur blessure (cheville) cet été. À l’inverse, motif de satisfaction, Dimitri Payet continue de se montrer offensivement à son avantage. Après le décrochage de Germain qui tente de centrer face à deux Stéphanois côté droit, le Réunionnais reprend, mais sa frappe est détournée en corner, qui lui ne donnera rien (36e). Il ne se passera plus grand-chose de croustillant jusqu’au coup de sifflet annonçant la fin de la première mi-temps.

Des changements et un excès d’envie

Au retour des vestiaires, les Marseillais Christopher Rocchia et Maxime Lopez sont remplacés par Jordan Amavi et Nemanja Radonjić, qui va connaître ses premières minutes de la saison. L’OM passe donc d’un système en 4-3-3 au traditionnel 4-2-3-1. Aucun changement à noter du côté de l’équipe coachée par Ghislain Printant. Dès le début de cette seconde période, les deux équipes souhaitent se montrer, mais les frappes de Mathieu Debuchy (47e) et de Valère Germain (49e) ne trouveront pas le cadre. Après que Kevin Strootman a écopé d’un carton jaune à la suite d’une faute sur Romain Hamouma (53e), les Marseillais repartent de l’avant. Stéphane Ruffier est obligé de s’employer une nouvelle fois, cette fois-ci sur la reprise de Morgan Sanson en dehors de la surface. Dans la continuité de l’action, c’est Nemanja Radonjić qui va tenter sa chance, mais sa frappe ne trouve pas le cadre et file à gauche du but (56e). Cela n’empêche pas Saint-Étienne de passer proche de reprendre l’avantage au score sur corner, mais Debuchy, encore lui, manque d’inscrire son troisième but, lui aussi en deux matches (60e). Les dix minutes qui suivent ne montrent rien d’exceptionnel, si ce n’est la tentative de Denis Bouanga, sûrement inspiré par la sublime réalisation d’Harry Kane face à la Juventus lors de l’International Champions Cup, dont la frappe milieu de terrain ne trouve cette fois-ci pas le cadre (71e).

Marseille reste sur ses gardes et continue de garder la possession. Une physionomie de match récompensée pour les joueurs d’AVB puisque Radonjić réussit un sublime slalom et finit par frapper en force, ce qui redonne l’avantage aux Marseillais (2-1, 74e). Dans la réaction, Ghislain Printant réalise ses premiers changements. Alpha Cissoko, Mahdi Camara, Robert Beric et Loïs Diony entrent en lieu et place de Mathieu Debuchy, Rémy Cabella, Romain Hamouma et Denis Bouanga (75e). Marseille continue de pousser et veut s’offrir une fin de match plus tranquille, mais Morgan Sanson, en dehors de la surface, trouve encore Ruffier sur son chemin qui arrête sa frappe en deux temps (79e). Un changement pas anecdotique pour AVB intervient puisqu’Alvaro Gonzalez, suivi du jeune Marseillais Marley Aké, entrent sur le terrain, à la place de Caleta-Car et Germain (80e). L’Espagnol, première recrue marseillaise, joue ainsi ses premières minutes sous son nouveau maillot. La sortie de Dimitri Payet est applaudie par le public de l’Audi Field, remplacé par la pépite Lihadji (86e). Alvaro Gonzalez donne le ton et hérite d’un premier carton jaune, peu de temps après son entrée, pour un coup de physique dans le dos de Loïs Diony (87e). Les Verts continuent eux aussi de faire tourner en cette fin de match. Makhtar Gueye (21 ans) ou encore Bilal Benkhedim (18 ans) entrent en jeu afin de faire leurs preuves. Stéphane Ruffier s’illustre une dernière fois face à la doublette Aké-Lihadji dont le dernier demande une énième fois au portier stéphanois de s’employer (90+2e).

La promotion de la Ligue 1 aurait pu être parfaite si les deux équipes n’en étaient pas venues aux mains, provoquant une altercation générale, alors que Sanson gardait la balle après un coup de sifflet de l’arbitre, ce qui n’a pas plus à Camara qui s’est empressé de lui reprendre. Les esprits se sont échauffés, mais malgré cela, l’Olympique de Marseille garde son avantage au score et remporte ce match. André Villas-Boas et son équipe remportent les premiers EA Ligue 1 Games. À jamais les premiers comme on dit du côté de la Canebière.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10