Une fois encore, avoir été une star du football n’est pas un gage de réussite pour une carrière d’entraîneur. Si de nombreux exemples (Papin, van Basten, Maradona entre autres) ont déjà confirmé cette tendance, le Suédois Henrik Larsson vient d’en faire l’amère expérience. Ancien attaquant vedette du Celtic Glasgow (175 buts en 221 matches de championnat écossais) passé par le FC Barcelone, le Scandinave, qui a embrassé une carrière d’entraîneur en 2009, vient de vivre un triste week-end avec Helsingborg.

Coach du club scandinave depuis janvier 2015, Larsson n’a pu empêcher la relégation des siens après le barrage perdu face à Halmstad (1-1, 1-2). Un énorme coup dur pour la formation qui évoluait en première division depuis 1993. Dépités d’avoir vu leur club de cœur sombrer à domicile lors de ce match couperet, certains supporters ont alors décidé de se venger en pénétrant sur le pré à l’issue de la rencontre pour s’en prendre au fils d’Henrik Larsson, Jordan (19 ans). Attaquant du club (7 buts inscrits en 27 matches de championnat), le fils de la légende suédoise a été forcé d’enlever le maillot d’Helsingborg.

Les supporters d’Helsingborg s’en prennent à son fils

Un geste fort face auquel son père a répondu sans ajouter de l’huile sur le feu. « Que puis-je dire ? Il vaut mieux que vous (les journalistes, ndlr) me posiez vos questions. J’ai un contrat qui court jusqu’à la saison prochaine donc c’est mon intention (de rester). Aujourd’hui nous n’avons pas été assez intelligents. Nous aurions dû l’être quand le score était de 1-1. Je comprends leur frustration. J’étais en colère et frustré quand j’ai réalisé la gravité de ce qu’il venait de se passer. Ce n’est peut-être pas la chose la plus intelligente qui a été faite, mais ce qui est fait est fait. Est-ce que je crains pour ma sécurité ? Je ne sais pas, mais j’ai pas mal de chiens chez moi. J’enverrai peut-être Jordan en vacances, il a été le meilleur joueur de la saison », a-t-il indiqué à l’issue du match face aux médias.

Bien décidé à rester en poste, Henrik Larsson va toutefois devoir cravacher pour reconquérir le cœur des supporters d’Helsingborg. Car une fois encore, l’aventure s’est soldée par un échec après son passage infructueux sur le banc de Falkenberg. Avant d’atterrir à Helsingborg en 2015, Larsson s’était vu confier en 2014 la destinée du club du sud-ouest de la Suède tout juste promu en première division. Une première mission au sein de l’élite scandinave qui avait tourné au fiasco, Falkenberg terminant la saison à la treizième place (sur 16). Après ces deux expériences compliquées, Larsson saura-t-il se relever ?

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10