Une crise sans précédent. En 2015, la FIFA a été touchée par des affaires de corruption, des arrestations et des suspensions en série. Il y a également eu les polémiques entourant l’élection du controversé Sepp Blatter, impliqué ensuite dans une affaire de corruption avec Michel Platini, candidat à présidence de la FIFA à l’époque. Pour redorer l’image de cette institution, Gianni Infantino a été élu président de la FIFA le 26 février dernier. Parmi les mesures phares de l’Italo-Suisse élu avec 115 voix, l’organisation d’un Mondial à 40 pays, au lieu de 32.

Au mois d’octobre, Infantino en a remis une couche sur le sujet : « On peut penser à une Coupe du monde à 48 équipes qui serait en fait un format à 32 équipes, car on a vu que le format idéal c’est 32 équipes. L’idée serait que les 16 meilleures équipes issues des qualifications se qualifient directement pour la phase de groupe. (...) Cela apporterait une hausse du niveau sportif, car avec un match de barrage les meilleurs passent. On parle beaucoup de cette baisse du niveau sportif, à mon avis le niveau sportif de l’Euro n’était pas moins bon, au contraire. Il y avait des équipes, on n’imaginait pas qu’elles étaient si fortes, le niveau était très élevé. »

De la parole, Gianni Infantino est passé aux actes. En effet, ce mardi, la FIFA a annoncé qu’à partir de 2026, 48 nations participeront désormais à la Coupe du Monde. « Le Conseil de la FIFA a décidé à l’unanimité que la Coupe du Monde aurait 48 équipes à partir de 2026. 16 groupes de 3 ». Une vraie révolution dans le football moderne. La FIFA devrait communiquer plus d’informations sur le sujet dans la journée. Il faudra attendre 2026 pour découvrir la nouvelle formule de la Coupe du Monde.