La presse allemande sous le choc de l’élimination

C’est sans doute un réveil difficile ce matin pour les Allemands. Deux semaines tout pile après le début de la Coupe du monde, les voilà déjà sur le chemin du retour, abandonnant leur titre de champion du monde. Pour la presse allemande, et notamment Bild, « il n’y a pas de mots », pour décrire ce fiasco et notamment cette défaite 2-0 contre la Corée du Sud. Le quotidien a ressorti le même titre qu’il y a 4 ans lors du 7-1 infligé au Brésil en demi-finale du Mondial. Ils n’ont aussi pas voulu donner de note aux joueurs de la sélection, estimant qu’ils n’avaient aucun chiffre à donner sur cette prestation catastrophique. Pour Kicker, cette élimination est « historique ». En effet, jamais l’Allemagne n’avait été éliminée si tôt dans la compétition depuis 1938. Un sacré tremblement de terre !

Le monde entier se moque de l’Allemagne

Cette sortie de route de l’Allemagne est bien entendu commentée partout en Europe et dans le monde entier. Les commentaires tournent le plus souvent à la moquerie. AS dit « au revoir » à la Mannschaft pendant que l’Équipe fait appel à l’Histoire et appelle cette débâcle « une bérézina ». C’est un « Kaputt historique » pour Mundo Deportivo. Les Anglais aussi se moquent de l’élimination prématurée des Allemands. « Le jour où les Allemands ont disparu », écrit le Times. Le Sun rappelle qu’au-delà de l’élimination, le coup de grâce est que les champions du monde terminent derniers de leur groupe derrière la Corée du Sud. Enfin, le titre le plus drôle du jour nous vient du Corriere dello Sport. « On se voit à la plage », lâche le média italien comme pour rappeler que l’Italie n’est plus seule sur le terrain de l’humiliation.

Roberto, du spectacle, s’il vous plaît !

Attention grosse affiche ce soir dans le groupe G ! L’Angleterre affronte la Belgique afin de savoir quelle nation terminera à la première place du groupe. Les Belges, dans la presse nationale, envoient un message à Roberto Martinez. La Dernière Heure titre ce matin sur sa une : « Roberto, du spectacle, pas de calcul, svp ! » Le média belge veut autant de jeu et de fantaisie que lors du feu d’artifice face au Panama le week-end dernier pour conclure en beauté, un premier tour aux allures de festival.