L’Espagne se déchire sur le cas Lopetegui

Moins de 24 heures après le limogeage de Julen Lopetegui, l’Espagne semble divisée ce matin sur le sort réservé au nouvel entraîneur du Real Madrid. Pour la presse catalane, la décision de Luis Rubiales, le président de la Fédération, est logique. Mundo Deportivo annonce clairement que pour lui, « le coupable c’est le Real Madrid ». Même chose à la une de Superdeporte qui écrit en gros « coupable » avec la photo de Florentino Pérez. Les Madrilènes sont jugés responsables de ce fiasco. Mais pour Marca, la décision d’écarter Lopetegui va, semble-t-il, trop loin. L’ancien sélectionneur se serait dit « très triste » de la décision. Il a été remplacé par Fernando Hierro qui a appelé à l’union. Mais au vu des titres de ce matin partout en Espagne, on en est loin.

Le monde choqué par le chaos espagnol

Et cet épisode espagnol quelques heures avant le coup d’envoi de la Coupe du monde a choqué et interpellé un petit peu partout sur la planète football. Le quotidien argentin Olé lâche que c’est une « furie mondiale ». Le Daily Star, en Angleterre, n’hésite pas à employer le terme de « chaos » pour désigner la situation. Les Néerlandais, avec le quotidien AD Sportwereld, illustrent la cacophonie espagnole avec une Coupe du monde qui explose et un titre : « une sélection en vrac ». On verra dès demain face au Portugal comment les joueurs espagnols ont réagi à ces rebondissements.

La presse mondiale fête le début du Mondial

C’est la fête du football ! En ce 14 juin, tous les yeux sont tournés vers la Russie, qui va organiser la 21e Coupe du monde de l’Histoire. Le monde est foot pour La Provence ce matin. Même chose en Catalogne où L’Esportiu décrit « le mois désiré » par tous les amateurs de ballon rond. On retrouve le même engouement dans des pays qui n’auront pas leur sélection nationale au rendez-vous du Mondial. En Hongrie, le magazine Képes Sport a sorti les grands moyens pour réaliser une une spéciale. Enfin, la Gazzetta dello Sport ne demande qu’une seule chose aux acteurs présents en Russie : « amusez-nous ! »