Cadres de la sélection brésilienne en 2014, Oscar et Hulk n’ont jamais su se remettre de l’échec auriverde à la Coupe du monde. Le premier est rentré dans le rang à Chelsea où il n’était plus titulaire et le second vivait des hauts et des bas avec le Zenit. Des situations personnelles compliquées qui les ont poussés vers un départ en Chine au Shanghai SIPG. Oscar est arrivé lors de l’hiver 2017 tandis que Hulk était déjà là depuis l’été 2016. Des transferts importants qui confirmaient les ambitions importantes des Diables rouges chinois.

Dans un championnat maîtrisé d’une main de maître par Guangzhou Evergrande et ses 6 titres consécutifs, le Shanghai SIPG cherche à tout pris à bouleverser la hiérarchie. Avec ses deux Brésiliens, l’objectif est clairement assumé et la saison 2017 fait l’objet d’une belle lutte entre les deux clubs, mais Guangzhou Evergrande remporte un septième titre de rang. Déjà adapté au football chinois, Hulk s’est baladé avec 13 buts et 10 passes décisives en 27 matches. Pour Oscar, la saison a été plus compliquée avec seulement 3 réalisations en 22 rencontres. Un doux mélange s’est mis en place et la saison de la maturité est arrivé.

Un retour en Europe ?

Début 2018, Hulk donnait immédiatement le ton : « je suis déterminé à remporter le titre. J’espère que nous pourrons y arriver cette saison. J’essayerai de donner le maximum pour aider mon équipe et mes partenaires. » Après 21 journées de championnat, le bilan est idéal pour le Shanghai SIPG qui est actuellement en tête avec 49 points. La connexion Oscar-Hulk tourne à plein régime puisque le premier comptabilise 11 buts et 16 passes décisives alors que le second a inscrit 8 buts et délivré 11 passes décisives. Des statistiques impressionnantes pour les deux hommes qui ont récemment remporté le choc contre Guangzhou Evergrande.

Même s’ils évoluent dans un championnat mineur, Oscar et Hulk peuvent toujours entrevoir un retour en Europe comme l’expliquait le premier cité en mars dernier : « Venir ici a rendu les choses encore plus difficiles (vis-à-vis de la sélection, NDLR) parce que je n’ai pas la même visibilité que quand je jouais en Europe, mais mon niveau est le même. On a vu avec des joueurs comme Paulinho, les joueurs de mon équipe comme Hulk, Elkeson ou moi, on a assez de qualité pour revenir en Europe. » Avec un exercice 2018 de grande facture, les deux hommes montrent qu’ils ont conservé leur niveau et qu’ils peuvent imiter Paulinho (Barcelone) et Axel Witsel (Dortmund) en retournant dans le vieux continent.