Le PSG disputait sa première finale de Ligue des Champions de son histoire. Après avoir éliminé l’ogre lyonnais puis Wolfsbourg, double tenant du titre, en demi-finale, les filles de Farid Benstiti affrontaient un autre club allemand, Francfort. Inexpérimentées à ce niveau, les Parisiennes pouvaient ouvrir leur palmarès d’une première Ligue des Champions. À l’inverse, Francfort a inscrit trois fois son nom au palmarès (2002, 2006 et 2008), un record dans la compétition. Le PSG ne partait donc pas favori dans cette finale, d’autant plus que le match se déroulait au stade Friedrich-Ludwig, à Berlin.

C’est avec une certaine logique que Francfort prenait le dessus assez rapidement dans ce match. Marozsan faisait briller Kiedrzynek (8e), la gardienne parisienne, sur un beau coup-franc frappé à 25 mètres. Dominé dans le jeu et sans doute par l’enjeu, le PSG souffrait beaucoup et avait du mal à franchir la ligne médiane. Sur son côté gauche, Boquete, milieu espagnole de Francfort brillait. C’est finalement sur un centre de Garefrekes que Sasic, de la tête, trompait Kiedrzynek (1-0, 32e). Une ouverture du score méritée mais qui obligeait les Parisiennes à forcer leur destin. Sur l’une de ses rares incursions, le PSG égalisait grâce à une tête de Marie-Laure Delie (1-1, 40e) et revenait au meilleur des moments.

En ce début de seconde période, la domination des Allemandes se précisait. Il fallait une grande Kiedrzynek pour tenter de réussir l’exploit. La jeune gardienne (24 ans) réalisait une superbe parade devant Sasic (48e). La Polonaise voyait Delannoy la suppléer en repoussant sur sa ligne une tête de Bochete (49e). Le PSG laissait passer l’orage malgré la nette domination territoriale de Francfort. Seule la vitesse de Marie-Laure Delie permettait aux Parisiennes de respirer et aux Allemandes de trembler. La fin de rencontre approchait et les deux équipes ne parvenaient pas à se départager. Islacker faisait parcourir un frisson dans tout le stade mais sa tentative fleurtait avec la barre transversale (87e). Et alors que les prolongations se profilaient, Islacker glissait un joli extérieur du gauche hors de portée de Kiedrzynek (2-1, 90+1e). Un dénouement cruel pour le PSG qui s’inclinait logiquement malgré une dernière occasion de Shirley Cruz (90+4e). Francfort remporte la 4e Ligue des Champions de son histoire. Le PSG devra attendre, au moins un an.