Jamais deux sans trois. L’Angleterre s’est adjugée dimanche son troisième Festival Espoirs de Toulon consécutif grâce à son succès sur le Mexique (2-1). La jeunesse des Three Lions se porte très bien dernièrement puisque les moins de 17 ans avaient remporté le Mondial de la catégorie l’an dernier en corrigeant l’Espagne (5-2) en Inde. Dans le Var, les moins de 21 ans anglais ont notamment brillé grâce à Freddie Woodman (21 ans), leur gardien de but.

Sous contrat jusqu’en juin 2020 avec Newcastle, le natif de Croydon a été impérial, avec seulement trois buts encaissés en quatre rencontres. Il a donc logiquement été élu meilleur gardien du tournoi, salué pour « sa sérénité » et son aura dans sa surface de réparation. Devant lui, Dael Fry (20 ans), défenseur central de Middlesbrough, a également été efficace, à l’heure de défendre comme à l’heure d’attaquer (2 réalisations au compteur, dont 1 en finale).

Au milieu de terrain, Lewis Cook (21 ans) a répondu présent. Le pensionnaire de Bournemouth, qui a déjà connu les joies d’une sélection avec les A contre l’Italie en mars (1-1) et sort d’une saison pleine en Premier League (29 apparitions avec les Cherries), s’est mué en patron de la jeune sélection britannique. Un rôle qui lui a d’ailleurs valu d’être élu deuxième meilleur joueur de la compétition. Un seul joueur a fait mieux : Diego Lainez (18 ans).

De belles surprises au Mexique et en Écosse

Le jeune ailier mexicain, pur produit de l’América Mexico, a justifié, le temps du tournoi, pourquoi plusieurs clubs de Ligue 1, comme l’AS Monaco et l’Olympique Lyonnais, et d’ailleurs (Villarreal, RB Leipzig, clubs en Eredivisie et en Liga NOS) étaient déjà sur ses traces. Outre ses statistiques (1 but et 3 offrandes), le natif de Tabasco a affiché une facilité technique des plus impressionnantes, qui a décontenancé plus d’un défenseur adverse.

Son compatriote Eduardo Aguirre (19 ans), prêté en deuxième division cette saison par Santos Laguna (3 buts avec Tampico Madero), a lui terminé meilleur buteur du tournoi avec 7 réalisations au compteur, égalant les performances d’Alan Shearer (1991) et de son compatriote Marco Fabian (2012). Deux jolis lots de consolation pour el Tri, finaliste malheureux. Mention spéciale aussi à Billy Gilmour (16 ans), meneur de jeu écossais. Le milieu offensif, déjà aperçu cette saison en Youth League avec Chelsea (4 apparitions), s’est lui aussi mis en lumière balle au pied durant le tournoi.

Des prestations qui lui ont valu le prix de révélation du Festival Espoirs, après avoir participé à la belle campagne de l’Écosse, 4e du tournoi après sa défaite lors de la petite finale contre la Turquie (0-0, 5 t. a. b à 3). Toujours du côté du onze du chardon, Michael Johnston (19 ans) s’est lui aussi fait remarquer. L’attaquant du Celtic, déjà apparu avec les professionnels à 4 reprises ces deux dernières saisons en Scottish Premier League, a fait des ravages grâce à sa vitesse et sa précision. Sous contrat jusqu’en juin 2020 chez les Bhoys, il a glané la troisième place au classement des meilleurs joueurs du tournoi.

Côté français, on retiendra les performances de Romain Perraud (20 ans, latéral gauche de l’OGC Nice, qui a affiché une belle solidité défensive et une qualité de centre appréciable tout au long de la compétition), de Jordan Tell (21 ans, attaquant du Stade Rennais auteur d’un joli doublé face à la Corée du Sud) ou encore d’Axel Bakayoko (20 ans, milieu offensif de Sochaux, décisif lors du match de classement contre le Canada). Autant de noms dont on devrait bientôt entendre parler !