Dans le football, depuis l’arrêt Bosman, les mercatos sont une part non négligeable du milieu. Lors de ces fenêtres de mouvements, il y a les transferts définitifs, mais aussi les joueurs qui sont cédés pour une année ou plus en prêt. Le Centre international d’étude du sport (CIES) de Neuchâtel (Suisse) s’est attelé à faire le bilan de ces prêts sur une période allant de 2009 à 2019, soit dix années tout en expliquant qui sont les clubs les plus prêteurs, qui recueillent les joueurs et quels sont les bilans de ces prêts.

Ainsi, on retrouve sans véritable surprise les clubs les plus puissants dans la catégorie des prêts. Mais cela s’explique. En effet, plus on est fortuné, plus on dispose de joueurs sous contrat. Et comme on ne peut pas les faire jouer, on les prête ailleurs en s’assurant qu’ils auront le niveau pour des équipes inférieures. Mais depuis dix ans, ce genre de mouvements a explosé. En 2009, nous avions une moyenne de 2,30 joueurs prêtés par équipe. Ceux-ci évoluaient en moyenne 9,1% du temps tandis qu’en 2019 nous obtenons une moyenne de joueurs prêtés de 3,12 qui jouent beaucoup plus (11,5% du temps).

Courtois et De Bruyne, d’excellents exemples

Sur les dix dernières années la Serie A a prêté en moyenne 4,87 joueurs par équipe et par saison quand la Liga en est à 3,85. Ce sont les deux plus gros championnats avec des joueurs prêtés, la Premier League (1,75) et la Bundesliga (1,69) sont bons derniers. En outre, la palme des clubs qui ont obtenu le plus de joueurs en prêt revient à Grenade, aussi dû au fait qu’ils avaient le même propriétaire que l’Udinese et que Watford. L’équipe espagnole a récupéré 19 joueurs lors de la saison 2015-2016.

Si Udinese est l’équipe qui prête le plus, pour la raison susmentionnée, on retrouve des cadors européens : Chelsea, Inter, Juventus, Rome, Naples, Manchester City. Chelsea aura prêté en dix ans pas moins de 57 éléments. Si la réussite n’est pas toujours au rendez-vous, il arrive en revanche que certains prêts soient des excellentes réussites comme en attestent les exemples Thibaut Courtois (à l’Atlético Madrid) et Kevin de Bruyne (Werder Brême) qui ont disputé les plus gros pourcentages de minutes.

Quelques bons attaquants ont bien réussi

Des attaquants ont aussi été très prolifiques sous cette formule puisqu’en dix ans, on retrouve Duván Zapata, Paco Alcácer, Pierre-Emerick Aubameyang ou encore Romelu Lukaku. Ils ont tous marqué quinze buts ou plus lors de leur saison en prêt. Mais sur ces dix dernières années, près d’un tiers des joueurs prêtés sont retournés dans leur club d’origine (29,6%) tandis que seulement 15,7% ont fait l’objet d’un transfert définitif vers le club où ils avaient été prêtés.

Bientôt, la Fédération internationale de football (FIFA) compte à nouveau réguler le marché des transferts. Il se pourrait (et il se doit probablement) que l’instance mondiale se penche sur les cas des prêts puisque ces derniers ne sont pas toujours favorables aux joueurs qui, rappelons-le, sont encore et toujours au centre du jeu. Une limite de joueurs prêtés par club pourrait donc bientôt voir le jour. Non, le bonheur n’est pas toujours dans le prêt.