Petite mais costaude. Du haut de son mètre soixante-et-un, Eugénie Le Sommer est un sacré bout de femme. C’est le cas de le dire ! Cette année, impossible de passer à côté d’elle. C’est simple, la native de Grasse a crevé l’écran. Avec l’Olympique Lyonnais tout d’abord où elle a réalisé le doublé Coupe de France-Championnat. Eh il faut dire que la jeune femme a largement contribué au succès des Gones en claquant 29 buts en 22 matches de championnat. Sans conteste, la meilleure saison de la jeune femme. Mais l’année aurait pu être encore plus belle si les Lyonnaises n’avaient pas été éliminées en Ligue des Champions face au PSG. Une petite déception. Mais ce n’est que partie remise. D’autant qu’Eugénie Le Sommer a déjà connu le bonheur de remporter la Champions League en 2011 et 2012 avec Lyon. À son palmarès doré, il faut aussi ajouter quatre Coupes de France et cinq Championnats de France. Quelques-uns des nombreux trophées qu’elle a gagné depuis 2010 sous le maillot de l’OL Féminin. Un club où elle a grandi, où elle s’est aguerrie à force de travail pour devenir l’une des meilleures joueuses de France et d’Europe. Sa coéquipière en club et en sélection, Sarah Bouhaddi, est d’accord à ce sujet : « Eugénie a beaucoup progressé cette année. Elle est passé un cran au-dessus. En Equipe de France, elle est très performante. Elle a la confiance de tout le monde. C’est vrai qu’aujourd’hui c’est une attaquante très complète. Après, il ne faut pas se satisfaire de ce qu’on fait aujourd’hui. Je pense qu’elle est encore capable de faire beaucoup de choses ».

Une tueuse devant le but

Car à ce niveau-là, le talent ne suffit pas. Eugénie Le Sommer l’a bien compris et travaille en ce sens. Une ligne de conduite qu’elle a finalement tenue tout au long de sa carrière. Depuis ses débuts à l’âge de 4 ans où elle a tapé ses premiers ballons à ses passages au FC Lorient et à Clairefontaine, cette passionnée de ballon rond a toujours fait preuve de rigueur. Ce fut le cas avec le Stade Briochin là où elle a fait ses premiers pas en D1 Féminine. Pas désorientée, la Bretonne a tout de suite trouvé le chemin des filets et a même remporté le Trophée UNFP de meilleure joueuse de la saison 2009-2010. Cinq ans plus tard, Eugénie Le Sommer a de nouveau décroché ce prix. Mais la Lyonnaise sous contrat jusqu’en 2016 a bien changé depuis... Cadre de l’OL Féminin, internationale tricolore, celle qui a été élue meilleure joueuse de l’Algarve Cup 2015 est au sommet de son art. C’est en tout cas l’avis de la capitaine des Bleues Wendie Renard : « Quand je regarde la saison accomplie en équipe nationale et en club, je pense qu’Eugénie a franchi un palier sur le plan mental. C’est devenu aussi une tueuse devant le but. Dans n’importe quelle position, elle essaye toujours de marquer. Après, elle est encore jeune. Elle a une marge de progression. Elle a fait une belle saison. Elle a marqué énormément de buts. En Équipe de France aussi, les dernières rencontres qu’on a pu faire, elle a été très décisive et importante pour nous. C’est une joueuse importante dans notre collectif ».

Une femme discrète

La joueuse aux 47 buts en 108 capes a d’ailleurs prouvé son importance dès le début du Mondial 2015. Elle a inscrit le seul et unique but lors de la victoire 1 à 0 face à l’Angleterre. Si elle n’a pas pu éviter la défaite des Bleues face à la Colombie, elle a signé un doublé contre le Mexique lors de la victoire 5 à 0. Eugénie Le Sommer est sans aucun doute l’un des atouts majeurs de la sélection de Philippe Bergeroo. Une sélection avec laquelle elle espère remporter le Mondial, elle qui faisait partie de l’équipe qui a terminé quatrième en 2011 en Allemagne. Pour toucher du doigt son rêve, la jeune femme compte bien mettre tout en œuvre pour aider les Bleues à atteindre cet objectif. Outre ses qualités indéniables de buteuse, la footballeuse capable de jouer attaquante comme milieu offensive a aussi le sens du collectif. Une joueuse talentueuse et complète qui est très appréciée au sein du vestiaire de l’Équipe de France. Si tout a été dit et écrit sur la joueuse, qu’en est-il de la femme finalement ? Wendie Renard nous en dit un peu plus sur elle : « C’est quelqu’un d’assez timide. Au fur et à mesure, elle essaye de prendre un peu plus de responsabilités. Mais sur le terrain, elle les prend déjà. C’est ça le plus important. Après dans la vie, quand elle a quelque chose à dire elle essaye de le dire. Elle ne se prend pas la tête. C’est quelqu’un d’assez simple, de très agréable dans un collectif. On rêve de jouer avec des coéquipières comme ça et de partager des moments. On a eu la chance de gagner énormément de titres ensemble. C’est quelqu’un de bien ». Dans la vie comme sur le terrain, Eugénie Le Sommer fait l’unanimité. Partie à la conquête de la Coupe du Monde 2015, l’attaquante de 26 ans espère bien mettre tout le monde d’accord au Canada. Histoire de poursuivre son incroyable moisson de trophées en 2015...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10