Du rêve à la réalité. Si cela ressemblait plus à un fantasme impossible à réaliser pour certains, force est de constater que Michel Platini et l’UEFA ont su tenir bon pour imposer leur fair-play financier au nez et à la barbe de certains clubs préférant sans doute le statut quo. Et d’ailleurs, en septembre dernier, l’instance européenne matérialisait encore un peu plus concrètement cette nouvelle donne en annonçant le gel des primes de compétitions européennes de 23 clubs pour la saison 2012/2013, en raison de retards de paiement. 23 équipes étaient ainsi sous les feux des projecteurs, pointées du doigt pour leur gestion hasardeuse.

Et quelques écuries phares étaient visées par cette procédure, puisque figuraient notamment l’Atlético Madrid, le Sporting Portugal et Fenerbahçe. Toutes ces formations se voyaient là envoyer un avertissement de taille, le gel de leurs primes de compétitions européennes marquant une sanction lourde de sens. Alors, les clubs concernés ont bien compris la leçon et se sont évertués à revenir dans le droit chemin en réglant leur passif. Résultat des courses : l’UEFA a décidé de blanchir pas moins de 14 écuries, dont les trois citées ci-dessus.

Jugé convaincant, leur redressement a incité l’instance continentale à revoir ses plans. Reste donc maintenant neuf clubs à être encore dans le viseur. Malaga fait alors office de tête de gondole, parmi ces neuf écuries encore pointées du doigt. La chambre d’investigation de l’instance de contrôle financier va passer à la vitesse supérieure dans leur cas, transmettant leur dossier « à la chambre de jugement pour que les mesures nécessaires soient prises. La durée de la procédure de jugement et les dates des réunions de la chambre de jugement n’ont pas encore été fixées ». L’étau se resserre.

Les 9 clubs encore sous la menace

Malaga (ESP)

Hajduk Split (CRO)

Osijek (CRO)

Rapid Bucarest (ROU)

Dinamo Bucarest (ROU)

Partizan (SER)

FK Vojvodina (SER)

Lech Poznan (POL)

Arsenal Kiev (UKR)