Sixième du classement des éliminatoires du Mondial 2018 de la zone sud-américaine, le Brésil n’est qu’à 4 points du leader uruguayen. Une situation qui est loin d’être catastrophique, mais qui ne plaît pas au pays des quintuples champions du monde. La raison ? Un secteur défensif plus que défaillant et fortement critiqué après le match nul concédé contre l’Uruguay (2-2) alors que la Canarinha menait 2-0. Avec 8 réalisations encaissées en six rencontres, la Seleção n’a bouclé qu’une seule rencontre sans prendre le moindre but (face au Pérou). Un constat qui a poussé la fédération brésilienne (CBF) à demander des comptes à son sélectionneur Dunga, une information dévoilée hier par le média local UOL.

Un rappel à l’ordre confirmé par le président de la CBF, Antonio Carlos Nunes, dans les colonnes de Globoesporte. « En tant que supporters, nous n’aimons pas les prestations de la sélection. (...) Je vois qu’un projet a démarré l’an dernier en vue des éliminatoires de la coupe du Monde en Russie, ensuite un autre pour les Jeux Olympiques. C’est un très grand travail et nous avons besoin de résultats. (...) Nous voyons bien que le Brésil se bat pour sa qualification (pour le Mondial 2018), mais qu’il n’est pas bien. Les gens attendent des améliorations. » Sommé de s’expliquer, Dunga est surtout critiqué pour la gestion de sa défense. Un problème qu’avait par ailleurs souligné Laurent Blanc au moment de prendre la défense d’un David Luiz sous le feu des critiques. « Le Brésil... vous savez ce que c’est. J’ai regardé son premier match, il est impliqué sur les deux buts, mais je trouve qu’on a été sévère avec lui. Et j’ai l’impression qu’en ce moment le Brésil a de gros problèmes, mais ce n’est peut-être pas David Luiz le problème. Ils ont des problèmes défensifs. Quelle que soit la charnière alignée, ils prennent des buts et concèdent beaucoup d’occasions. Mais ça n’est pas mon problème, c’est celui de Dunga. »

La CBF au secours de Thiago Silva

Dans le collimateur de la CBF, Dunga ne risque pas de perdre son poste. Cependant, le patron des Auriverdes va devoir s’expliquer sur deux cas bien précis : le Merengue Marcelo et le Parisien Thiago Silva. La raison ? La CBF souhaite désormais que Dunga convoque les meilleurs Brésiliens du moment. Une mesure clairement destinée à favoriser leur retour en sélection. Premier cité, le joueur du Real Madrid n’a pas été convoqué depuis le mois d’octobre. Ce à quoi Dunga avait rétorqué qu’il n’avait pas souhaité l’appeler dernièrement en raison d’une blessure. Mais pour Thiago Silva, le problème est tout autre. Mis de côté par Dunga depuis la Copa América 2015, le capitaine du PSG continue de payer l’image désastreuse qu’il a laissée lors des deux dernières grandes compétitions disputées par le Brésil. Revenu depuis au meilleur de sa forme, l’ancien Rossonero n’avait pas pour autant convaincu son sélectionneur de lui accorder une nouvelle chance.

« Un joueur de la Seleção doit assumer ses responsabilités. (...) Je dois être professionnel, respectueux. C’est un joueur que nous ne pouvons pas sélectionner pour le mettre sur le banc, sinon il ne serait pas content. Quand il y aura une possibilité de le faire jouer, il n’y aura aucun problème, s’il est au top et le mérite. Mais nous devons aussi penser à d’autres options, à l’avenir, à Marquinhos », avait expliqué Dunga pour se justifier en mars dernier. Seul souci, si Marquinhos a bien été appelé lors du dernier rassemblement, ce dernier n’a pas été utilisé lors des deux matches disputés par le Brésil contre l’Uruguay et le Paraguay. Étonnant pour un joueur qui est donc censé incarner l’avenir. Privé du maillot auriverde depuis près d’un an, Thiago Silva pourrait donc être l’un des grands bénéficiaires de cette mise au point décidée par la CBF.