Pour le sélectionneur national brésilien Mano Menezes, la reconstruction de la Seleção en vue du Mondial 2014 promet d’être un véritable casse-tête. Outre la génération de joueurs convoqués pour le match amical perdu mercredi au Stade de France face aux Bleus (1-0), le technicien devra également compter sur les jeunes espoirs auriverdes qui viennent de remporter le Sudamericano des moins de 20 ans.

Grâce à leur victoire écrasante sur l’Uruguay (6-0) samedi soir, Neymar (19 ans) et sa bande ont signé le 11e succès du Brésil dans cette compétition, la troisième de rang depuis 2007, mais ont également composté leur billet pour les Jeux Olympiques de Londres en 2012. Et si le prodige de Santos a évidemment été le grand artisan de ce triomphe avec 9 réalisations au compteur, d’autres joueurs ont brillé dans cette sélection. On pense notamment à Lucas (18 ans). Le meneur de jeu de São Paulo, qui portait le n° 10, a fait honneur à la tradition.

Avec 4 buts (dont 3 samedi soir), de nombreuses passes décisives et une influence de tous les instants dans le jeu, il a justifié l’intérêt de Benfica, du Paris SG et de différents clubs russes. À ses côtés dans l’entrejeu, son compère à São Paulo Casemiro (18 ans) a lui aussi tapé dans l’œil de nombreux clubs européens. Plus défensif, il a su sans cesse offrir des solutions à ses attaquants tout en prêtant main-forte aux défenseurs quand le besoin s’en faisait sentir.

On citera également Diego Mauricio, remplaçant de Neymar, surnommé Drogbinha au pays et auteur de deux réalisations dans le tournoi. Derrière, les autres nations se sont partagé les miettes, mais ont su mettre en valeur leur système de formation. L’Argentine, grâce à son goleador Rogelio Funes Mori (19 ans, River Plate) et à son virtuose Juan Manuel Iturbe (17 ans, FC Porto en juin), que de nombreux observateurs annoncent comme le nouveau Lionel Messi, a prouvé qu’elle produisait toujours des jeunes de qualité.

L’Uruguay, sur la lancée de sa Coupe du monde 2010 brillante en A, a sorti trois joueurs qui méritent particulièrement le détour : le meneur de jeu Pablo Cepellini (19 ans, Cagliari) et les attaquants Federico Rodriguez (19 ans, Genoa) et Adrian Luna (19 ans, Defensor Sporting). On surveillera également attentivement Edson Montaño (19 ans), l’opportuniste buteur équatorien qui évolue en Belgique du côté de La Gantoise.

Le n° 10 vénézuélien Yohandry Orozco (18 ans) a lui convaincu Wolfsburg grâce à ses dribbles chaloupés, tandis que le solide défenseur colombien Juan David Cabezas (19 ans) s’est engagé avec l’Udinese. Ces éléments sont annoncés comme l’avenir du football sud-américain. Après avoir été mis en valeur durant ce tournoi, ils vont devoir prouver en Europe et ailleurs qu’ils sont plus que de simples espoirs. En attendant confirmation, on pourra toujours regretter de ne voir aucun club de Ligue 1 avoir misé sur l’un d’eux…