Il est purement et simplement l’actuel meilleur buteur de Série A au Brésil. Grafite (37 ans) a commencé le Brasileirão sur un rythme effréné, s’offrant trois doublés lors des trois premières journées ! Il est même le premier joueur, dans l’histoire récente du championnat brésilien, à afficher pareilles statistiques après trois levées disputées. Et dans son sillage, Santa Cruz, club où il s’était révélé en 2001/02, est leader du classement provisoire. Une belle performance pour ce club modeste, déjà vainqueur du championnat de l’état Pernambucano et de la Copa Nordeste lors du premier semestre cette année. Et l’attaquant y est pour beaucoup.

Malgré son âge avancé, l’ancien international auriverde (4 sélections pour 1 but entre 2005 et 2010) continue d’être la référence offensive de son équipe, qu’il avait déjà bien aidé à faire remonter parmi l’élite depuis son arrivée en juin 2015 (7 réalisations en 15 apparitions en Série B en 2015). Son entraîneur Milton Mendes le sait et le lui rend bien, avec des compliments de taille. « Avec tout le respect que j’ai pour Dunga, si j’étais sélectionneur du Brésil, je prendrais Grafite. On parle d’un joueur différent. Grafite traverse une période impressionnante, sa confiance est au plus haut et, comme je l’ai dit, il est différent », a lâché le technicien brésilien en conférence de presse, relayé par UOL Esporte.

Des buts en pagaille aux quatre coins du monde

Un point de vue osé, mais partagé par Milton Neves, célèbre chroniqueur TV brésilien, sur son blog. « Aujourd’hui, il mérite bien plus d’y aller que lorsque Dunga l’avait convoqué pour la Coupe du Monde en 2010 », a-t-il lâché avant de poursuivre. « C’est arrivé en Angleterre. Pourquoi pas au Brésil ? Alors que la fortunée Premier League a été remportée par le petit Poucet Leicester, pourquoi Santa Cruz, qui retrouve la Série A cette année, ne pourrait-il pas s’offrir le Brasileirão ? », s’est-il enflammé. Si Santa Cruz tient la cadence, Grafite n’y sera pas étranger. D’ailleurs, Vasco da Gama et Flamengo ont tenté de le séduire lors du dernier mercato. Mais, par fidélité, il va prolonger son contrat, qui expire le 31 juillet, annonce UOL Esporte.

Mais si sa formation impressionne en ce début de championnat, la réussite de celui que l’on surnomme Gaffa n’a rien d’une surprise. Marquer, Grafite l’a toujours fait. À São Paulo, où il s’était fait un nom en remportant, en 2005, le championnat régional, la Copa Libertadores et le Mondial des Clubs (17 buts en 44 matches). Au Mans, où il s’était relancé après une vilaine blessure (17 réalisations en 51 rencontres de L1). À Wolfsbourg, où, avec 59 buts en 107 apparitions en Bundesliga, il avait aidé les Loups à décrocher leur premier titre de champion d’Allemagne en 2009. Aux Émirats Arabes Unis, où il a affolé les compteurs avec 63 buts en 79 matches de Pro-League sous la tunique d’Al-Ahli. Et enfin au Qatar, avec Al-Sadd, avec 3 réalisations en 9 apparitions. Pourvu que ça dure. Pour Santa Cruz. Et pour lui.