Ousmane Dembélé, Marc Bartra, Sebastian Rode, Raphaël Guerreiro… Le Borussia Dortmund a déjà lancé son mercato d’été, et de quelle manière ! Un véritable feu d’artifice auquel il faut ajouter le joli coup Emre Mor. Pour environ 10 M€ hors bonus, le BvB s’est attaché les services de celui qui, à 18 ans seulement, est surnommé le Messi turc. Après des débuts tonitruants avec le FC Nordsjaelland (2 buts en 13 apparitions) lui ayant ouvert les portes de la sélection avec laquelle il dispute actuellement l’Euro (22 minutes de jeu contre la Croatie, 68 et une passe décisive face à la République Tchèque), le jeune attaquant, venu à Saint-Étienne le temps d’un essai fin 2013, a convaincu le club de la Ruhr de miser sur lui. Contacté par nos soins, Carsten V. Jensen, directeur sportif de l’écurie danoise, a raconté quelques coulisses de ce transfert. « Depuis fin 2015, Emre n’a fait que progresser. Durant l’hiver, lorsque nous nous préparions en Turquie, il y avait déjà un intérêt grandissant. Au printemps, il a réalisé de grandes prestations et marqué de beaux buts, spécialement contre Copenhague. Le fait d’avoir été sélectionné pour l’Euro avec la Turquie a encore augmenté l’intérêt qu’il y avait pour lui », a-t-il indiqué avant de juger le choix Dortmund.

« Au final, il est presque naturel je dirai de le voir aller à Dortmund. Ils sont sur ses traces depuis longtemps. Ils se sont déplacés à notre stade sept fois. Ils ont presque été en pole dès le début sur ce dossier. Sur la fin, d’autres grands clubs européens se sont manifestés. Des clubs français ? Non. Mais beaucoup de grands clubs européens, que je ne peux pas citer, étaient eux aussi sur les rangs. Mais Dortmund a fait du bon travail, a fini par conclure le transfert et faire signer un contrat au joueur », a-t-il lâché avant d’insister. « Je pense que c’est le bon choix pour lui. C’est bon pour un joueur de sentir qu’il est désiré par un club, par un coach. Dortmund a fait un très bon travail sur la durée pour Emre. Ils se sont beaucoup déplacés, ils ont beaucoup discuté. Le coach de Dortmund connaît notre coach, ils se sont beaucoup parlés au sujet d’Emre. Par ailleurs, Dortmund est réputé pour son travail avec les jeunes. Alors, je pense que c’est une très bonne étape pour Emre. Et, s’il y réussit, il aura même la chance d’aller encore au-dessus », a-t-il assuré, expliquant ensuite pourquoi le FCN n’avait pas attendu après l’Euro pour tenter de faire grimper les enchères.

Un transfert avant l’Euro presque inévitable…

« Il y avait un risque, c’est vrai. Lorsque nous l’avons vendu, il était au top. Il venait de disputer ses premiers matches avec la Turquie et il avait été très bon. Mais il était impossible de savoir s’il allait jouer régulièrement pendant l’Euro, si la Turquie allait être performante, s’il allait être bon… Au final, nous avons pris la décision de ne pas attendre la fin de l’Euro. Nous pensions que c’était le bon moment. Par ailleurs, comme je vous l’ai dit, Dortmund travaillait sur le dossier depuis longtemps et était prêt à saisir rapidement l’occasion. Emre voulait aussi aller là-bas. Je ne suis pas sûr qu’un autre club aurait fait changer Emre d’avis, même avec beaucoup d’argent. Dortmund est le club idéal pour lui, il aura sa chance là-bas, plus que dans d’autres grands clubs européens où la pression est plus importante », a-t-il justifié, persuadé qu’il n’avait, de toute façon, plus les moyens de le retenir. « Il a progressé, prouvé qu’il avait le niveau et sur la fin, il était clair qu’il était devenu trop bon pour rester à Nordjaelland », a-t-il lancé, illustrant que cet exemple symbolisait le travail de profondeur de la formation danoise.

« Si Emre est venu ici il y a un an et demi, en provenance de Lyngby, c’est parce que nous avons une bonne connaissance du marché et un bon réseau pour détecter les jeunes talents au Danemark. Nous misons sur les jeunes et nous n’hésitons pas à leur donner leur chance rapidement en équipe première s’ils le méritent. Quand Emre est arrivé ici, nous savions qu’il avait le potentiel pour devenir un joueur important. Mais cela a demandé beaucoup de travail, de sa part, mais aussi de la part du club, des coaches, du staff », a-t-il salué, laissant entendre que d’autres pépites mûrissaient sans doute à Nordsjaelland. « Nous n’avons qu’un seul Emre Mor. Mais nous avons d’autres jeunes assez intéressants. Nous sommes l’une des équipes les plus jeunes d’Europe. Nous avons cette stratégie de miser sur les jeunes. Nous voulons produire nos propres talents, gagner avec eux et pourquoi pas leur permettre d’aller plus loin. C’est pourquoi de nombreux grands clubs européens viennent souvent superviser des matches chez nous », a-t-il conclu. Affaires à saisir, avis aux amateurs !