18 août 2007 : arrivé quelques semaines plus tôt en provenance de l’OM contre 25 M€, Ribéry n’aura pas mis beaucoup de temps à se faire adopter par son nouveau public. Il marque son premier but sous ses nouvelles couleurs dès son deuxième match (victoire 4-0 face au Werder). Aligné sur l’aile gauche par Ottmar Hitzfeld, le Français mène l’attaque en compagnie de Miroslav Klose et Luca Toni. Il termine sa première saison avec 19 buts et 11 passes décisives en 46 matches toutes compétitions confondues. Des débuts dingues qui lui valent un titre de meilleur joueur du championnat

19 avril 2008 : à l’issue de sa première saison, Ribéry a déjà gagné un surnom "Kaiser Franck". Après avoir laissé "son" titre de champion d’Allemagne à Stuttgart l’année d’avant, le Bayern Munich règne cette fois-ci sans partage sur la Bundesliga. En plus du titre, l’écurie bavaroise s’offre la Coupe d’Allemagne au terme d’une finale dominée 2-1 après prolongations face au Borussia Dortmund. Titulaire en finale, Ribéry fait son match et offre le premier but à Toni. C’est son premier doublé coupe-championnat. Il en réalisera cinq (2008, 2010, 2013, 2014, 2016) derrière, et pourquoi pas même un sixième si le Bayern bat Leipzig en finale le 25 mai prochain.

21 avril 2010 : la suite est un peu plus compliquée car même si le Bayern rafle la plupart des titres, le milieu offensif souffre souvent de blessures. Il reste néanmoins l’un des hommes forts et le club allemand poursuit son retour sur le devant de la scène européenne. En demi-finale aller de Ligue des Champions face à l’OL, il dérape, infligeant une énorme semelle sur Lisandro Lopez, qui lui vaudra un rouge direct. Il sera suspendu pour le retour et surtout pour la finale, que perdra le Bayern face à l’Inter. Le début des emmerdes entre l’affaire Zahia qui éclate, Knysna et les rumeurs Real Madrid. Ribéry prolongera finalement.

19 mai 2012 : c’est le grand jour pour Ribéry qui joue sa première finale de Ligue des Champions. Face à Chelsea, elle a en plus lieu dans son stade de l’Allianz Arena. Les Allemands font figure de favoris face à des Anglais un peu miraculés. Ils dominent outrageusement la rencontre mais peinent à convertir leurs occasions. Müller pense finalement délivrer les siens en fin de match mais Drogba, touché par la grâce ce soir-là, égalise dans la foulée. Ribéry, auteur d’une finale décevante, est remplacé durant la prolongation et ce sont finalement les Blues qui s’imposent aux tirs au but. Une cicatrice qui se refermera un an plus tard.

25 mai 2013 : car cette fois-ci, le Bayern Munich ne commettra pas l’erreur de perdre en finale de Ligue des Champions une troisième fois. Opposé au Borussia Dortmund, son meilleur ennemi depuis maintenant trois saisons, le club bavarois l’emporte au forceps 2-1 grâce à Robben en fin de rencontre sur une passe du Français, déjà présent sur le premier but de Mandzukic. Vainqueur en plus du championnat et de la coupe, le Rekordmeister s’adjuge un triplé historique. Auteur d’une phase finale de Ligue des Champions magnifique (élimination d’Arsenal, de la Juventus et du Barça), Ribéry est au sommet de son art et fait logiquement partie des favoris pour le Ballon d’Or.

13 janvier 2014 : tout conduit à voir le joueur lever la plus prestigieuse des récompenses individuelles face aux deux monstres que sont Ronaldo et Messi. Ribéry est d’abord sacré meilleur joueur d’Europe par l’UEFA, puis meilleur joueur français de l’année et répète ici et là qu’il mérite le Ballon d’Or. Hélas pour lui, sa campagne médiatique sera insuffisante. Il terminera 3e derrière les deux demi-dieux, affichant une mine déconfite. Terriblement déçu, il vivra très mal cet affront. « C’est un épisode qui a été difficile, c’était incompréhensible. J’ai gagné tous les trophées, je ne pouvais rien faire de plus. Pour moi, c’était comme un vol, une injustice » affirmait-il encore l’année dernière.

6 décembre 2014 : en cette 14e journée, Ribéry atteindra deux marques. Lors de la réception du Bayer Leverkusen, il fête son 186e match de championnat allemand, devenant le Français le plus capé en Allemagne, devant Mathieu Delpierre. Il en profitera également pour inscrire son 100e but toutes compétitions confondues avec son club. Ce sera l’unique réalisation du match. Sur le terrain tout va bien et au palmarès aussi puisque le club signe un 3e titre de champion consécutif à la fin de la saison. C’est aussi le 5e pour Ch’ti Franck.

2 avril 2016 : Ribéry rentre toujours un peu plus dans l’histoire du Bayern Munich. Pour son 200e match de championnat, il marque le seul but de la rencontre face à l’Eintracht Francfort et quel but ! Une reprise de volée acrobatique depuis l’entrée de la surface, qui finit sous la barre. Un nouveau titre de champion et la coupe s’offrent au club allemand, qui s’arrêtera en demi-finale face à l’Atlético de Madrid en Ligue des Champions. Le français commence lui à sérieusement tirer la langue. Il enchaîne une seconde saison de suite morcelée par les blessures et ses statistiques baissent elles aussi.

18 avril 2017 : c’est probablement le dernier grand match de Franck Ribéry en Ligue des Champions. Dans ce quart de finale retour électrique face au Real Madrid, l’écurie bavaroise est dans l’obligation de l’emporter après avoir été battue chez elle 2-1. Carlo Ancelotti et ses hommes tiennent un sacré pari en accrochant la prolongation. L’ancien Marseillais, accompagné de Robben et de Lewandowski met le feu dans la défense espagnole mais plusieurs jugements de l’arbitre discutables conditionnent la fin de partie. Le Bayern craque au bout des 120 minutes de jeu en s’inclinant 4-2.

4 et 5 mai 2019 : ce samedi, le Bayern a fait un grand pas vers un 7e titre de champion de suite. Vainqueurs d’Hanovre avec un but de Ribéry (le dernier ?), les Bavarois ont vu leur principal rival, le Borussia Dortmund, se contenter d’un nul sur la pelouse du Werder. Une voie royale est ouverte au Français pour soulever son 9e titre de champion d’Allemagne. Il deviendrait tout simplement le premier homme de l’histoire de la Bundesliga à réaliser cet exploit. Le lendemain de son 122e but marqué en 419 matches avec le Bayern, son départ en fin de saison est annoncé. Il s’en va en Kaiser.