Il est loin le temps où Divock Origi (22 ans) se révélait avec Lille, ravissait la Belgique lors de la Coupe du monde 2014 au Brésil et partait par la grande porte pour Liverpool. Aujourd’hui, près de quatre ans après, l’attaquant évolue dans un certain anonymat, sous forme de prêt du côté de Wolfsbourg, un club en crise de résultats qui se débat en Bundesliga pour ne pas être barragiste en fin de saison. Et s’il affiche des statistiques correctes (avec 5 réalisations, il est le deuxième meilleur buteur de son équipe en championnat derrière Daniel Didavi et à égalité avec Yunus Malli), le Diable Rouge a subi un affront de taille ce week-end.

Son coach Bruno Labbadia l’a sorti avant la pause, à la 42e minute de la rencontre sur la pelouse du TSG Hoffenheim (3-0, 26e journée de BL). Une confirmation pour Het Laastse Nieuws qui assure ce mercredi que le VfL a déjà décidé de ne pas conserver le natif d’Ostende à l’issue de son prêt. Une information de taille que l’entourage du joueur n’a pas commentée. « Divock n’est pas content, mais il va tout faire pour retrouver sa place. Divock est toujours concentré à 100% sur Wolfsbourg », a confié son père Mike dans les colonnes du quotidien belge.

Ni Wolfsbourg ni Liverpool ne veulent le conserver

Mieux, d’après lui, ce prêt en Allemagne s’avère plutôt payant. « Il est venu ici pour devenir un meilleur joueur. Et c’est ce qu’il est devenu à mes yeux. Après la saison, nous serons à la table avec toutes les parties », a-t-il poursuivi. Seulement, pour HLN, l’issue de cette réunion avec les Loups et les Reds est déjà connue : ni Wolfsbourg, ni Liverpool (avec qui il est sous contrat jusqu’en juin 2019) ne souhaitent le conserver. L’international belge (24 sélections, 3 buts) semble donc parti pour devoir se trouver un nouveau club lors du prochain mercato.

Et il n’est pas dit que la liste soit aussi longue ou prestigieuse que l’été dernier (Monaco, Inter Milan, Juventus, Sampdoria, Werder Bremen, Leverkusen, Newcastle, Crystal Palace et Tottenham). Pire, au regard de sa situation sportive, sa place dans les 23 de Roberto Martinez pour le Mondial en Russie est loin d’être acquise. Ses concurrents en sélection Romelu Lukaku, Michy Batshuayi ou Christian Benteke affichent en effet une bien meilleure forme que lui actuellement. En l’espace de quelques mois donc, la carrière de Divock Origi a subi un sérieux coup d’arrêt. Mais à 24 ans, il a encore tout le temps d’en reprendre le fil. À condition de ne pas se tromper lors du prochain mercato...