Après le camouflet connu par le Brésil dans SA Coupe du Monde (balayé 1-7 en demi-finale par l’Allemagne, et battu 0-3 par les Pays-Bas au cours de la petite fnale), l’heure du bilan a sonné dans les rangs auriverde. Et, comme souvent au sortir d’une déroute, c’est l’entraîneur qui est le premier à être pointé du doigt. Le sélectionneur Luiz Felipe Scolari n’échappe pas à la règle, et se retrouve au cœur du cyclone.

Ses choix tactiques, son entêtement à rester dans un 4-2-3-1 ne faisant pas ses preuves, et ses décisions comme celle d’imposer Fred ou Luiz Gustavo en dépit de performances calamiteuses sont autant d’arguments pour ses détracteurs, de plus en plus nombreux au pays. À tel point que, si l’intéressé refuse de l’évoquer, un départ semble inéluctable. La Fédération planche déjà sur cette idée, et envisage différentes options.

Et à en croire Folha de São Paulo, le nom de Leonardo commence à émerger sérieusement au sein de l’instance brésilienne. Libre de tout engagement depuis qu’il a quitté le PSG en juillet 2013, l’ancien international auriverde jouit d’une belle cote au pays, lui dont les qualités humaines, relationnelles et de communication sont reconnues de tous. Ayant par le passé endossé le costume de coach à l’AC Milan et à l’Inter, Leo pourrait donc reprendre du service comme coach. Mais un autre candidat semble avoir une longueur d’avance, en la personne de Tite, ancien entraîneur du Corinthians.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10