« Le Ballon d’Or ne signifie pas grand-chose pour moi en ce moment... » Élu meilleur joueur de la Coupe du Monde par la FIFA, Lionel Messi n’a pas le cœur à en rire, comme il l’a confié en zone mixte au quotidien argentin Olé. Le n° 10 de l’Argentine est encore sous le coup de la déception d’avoir été battu en finale du Mondial par l’Allemagne (1-0, après prolongations). « C’est une grande douleur, nous jouions quelque chose d’important, le pays attendait beaucoup de nous, nous voulions lui donner cette joie. Le faire pour eux et pour nous... », a lâché le quadruple FIFA Ballon d’Or avant de poursuivre.

« C’est dommage de ne pas revenir avec la Coupe, mais nous rentrons à la maison la tête haute. Nous pouvons partir avec le sentiment du devoir accompli. (...) Nous ne franchissions plus le cap des quarts depuis plusieurs années... Jouer la finale, d’égal à égal face à une grande sélection... Nous méritions un peu plus. (...) Nous méritions plus. Mais ça ne change rien, nous pouvons partir sereins. Si nous avions marqué un but, le match aurait changé. Ils ont bien utilisé le ballon, mais les occasions les plus franches, c’est nous qui les avons eues », a-t-il regretté. Cette déception s’ajoute à une liste déjà longue de rendez-vous manqués pour la Pulga sous la tunique de l’Albiceleste, en 2006 et 2010 notamment.

« Personnellement, j’ai vécu beaucoup de moments tristes avec la sélection, c’était l’opportunité de changer tout ça... (...) Je voulais juste soulever cette Coupe et l’emmener en Argentine », a-t-il glissé, très ému. Marqué, celui qui est considéré par beaucoup comme le meilleur joueur du Monde ne fuit pas ses responsabilités, lui qui n’a pas su mener les siens à la victoire, croisant notamment trop son tir en début de seconde période. « Ce soir (dimanche), nous les attaquants, nous avons pas su marquer, nous en avons pourtant eu les occasions », a-t-il conclu. Incapable de battre Manuel Neuer et l’Allemagne, l’attaquant du FC Barcelone doit donc remettre à plus tard (2018 peut-être) son rêve de remporter un Mondial, comme son illustre aîné Diego Maradona. L’occasion était si belle, le coup est d’autant plus dur...

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10