Abattu mais digne, Alejandro Sabella s’est présenté en conférence de presse après la défaite de son Argentine face à l’Allemagne (1-0, après prolongations), en finale du Mondial, au Maracanã, à Rio de Janeiro. Le sélectionneur albiceleste a d’abord regretté le manque d’efficacité des siens durant la rencontre. « Le match a été équilibré, chaque équipe a eu ses périodes. Les occasions les plus franches, nous les avons eues. (...) Quand il y a des occasions, il faut marquer. Il nous a manqué un peu d’efficacité. (...) Nous avons eu nos chances, mais il nous a manqué de l’efficacité. (...) Pour faire le match parfait, il aurait fallu être plus efficaces », a-t-il souligné.

Pour autant, le technicien n’en veut pas à ses joueurs. Il a même insisté pour les saluer à plusieurs reprises pendant son intervention. « Je suis fier des joueurs, ils ont fait un grand Mondial. C’est spectaculaire de voir comment ils ont tout donné les uns pour les autres, pour l’Argentine, pour le groupe. Ils peuvent se regarder dans un miroir la tête haute parce qu’ils ont tout donné. Ils ont été de vrais guerriers, dans le bon sens du terme. Je les ai félicités. Au-delà du résultat et de la tristesse, un entraîneur doit toujours souligner le rendement et la dévotion de ses joueurs. Ils ont tout donné, pour eux, pour le groupe, pour la sélection argentine. Je suis très satisfait des joueurs. Je suis l’un d’entre eux, un de plus, avec un rôle différent dans le groupe. Je suis avec eux », a-t-il lancé, défendant ensuite Lionel Messi, élu meilleur joueur du tournoi malgré un rendement parfois décevant, déjà soumis à quelques critiques.

« Le Mondial est le tournoi le plus important dans le monde du football. Mais même s’il ne l’a pas gagné, Lionel est installé sur l’Olympe des grands. Cela fait très longtemps qu’il y ait. Messi va bien. (...) Je crois qu’il mérite ce ballon d’or, il a joué un grand Mondial, il a été l’un des grands artisans de notre beau parcours. Je crois qu’il le mérite bien, sans manquer de respect aux autres candidats bien sûr », a-t-il martelé, refusant d’évoquer son avenir personnel à la tête de cette équipe. « Je ne peux pas parler d’avenir. Je veux me reposer. Être avec les joueurs, mes collaborateurs, ce groupe qui a travaillé merveilleusement, avec ma famille. Me reposer, et on verra. L’avenir, je n’en parlerai pas », a-t-il conclu, abattu mais digne.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10