Tous ont des fourmis dans les jambes. A quelques jours du premier match du groupe C, Français et Australiens viennent à peine de débuter leurs premiers entraînement, qu’ils ont déjà hâte d’en découdre samedi prochain à Kazan. Un duel pour lequel nos Bleus sont annoncés comme les grands favoris, même si le camp tricolore s’est bien gardé de fanfaronner. Interrogé hier en conférence de presse, le sélectionneur national Didier Deschamps a ainsi fait savoir que les Socceroos étaient loin d’être des touristes venus au Mondial en simples spectateurs.

« C’est une équipe agressive, avec un potentiel offensif intéressant. Ils sont bien organisés. Ce n’est pas une équipe qui ne fait pas que défendre. Elle crée du jeu. » Mais samedi, pas sûr que la créativité australienne soit la priorité des hommes de Bert van Marwijk dont la confiance semble être au maximum. « J’ai une énorme confiance en notre préparation et en notre équipe », a ainsi déclaré le portier Mat Ryan. Idem pour l’attaquant Robbie Kruse dont les propos annoncent clairement la donne sur le contenu qui sera proposé par les Australiens.

Les Australiens prêts au combat !

« Nous devons rester compact, surtout en début de match. Si vous pouvez tenir le 0-0 lors des 20, 30 premières minutes, ils (les Français) vont s’agacer et être de plus en plus frustrés. Nous avons travaillé notre discipline défensive ces trois dernières semaines, à savoir la couverture des ailes et la réduction des espaces. Je pense que nous avons très bien travaillé. Nous forçons nos adversaires à jouer de longs ballons. Nous défendons vraiment bien », a-t-il déclaré dans des propos relayés par The Australian. Une confiance certaine qui fait écho aux derniers titres parus dans la presse locale.

Ainsi, The World Game estime que les Etats-Unis, qui ont tenu la France en échec à Lyon (1-1), ont peut-être donné la solution aux Australiens. « Alors que les pronostics négatifs sont souvent annoncés sur les chances de l’Australie lors de son match d’ouverture de la Coupe du Monde de la FIFA 2018 contre la France, une équipe qui ne s’est même pas qualifiée pour la Russie (les Etats-Unis, ndlr) pourrait avoir laissé des miettes d’espoir », est-il écrit, soulignant le choix peu séduisant mais efficace des Américains de défendre très bas. Enfin, le Daily Telegraph s’interroge quant à lui sur le niveau qui sera affiché par les partenaires d’Antoine Griezmann. « Les Socceroos vont-ils affronter les Beautés ou des Bêtes ? Personne d’autre n’associe au mieux le sublime au ridicule que l’équipe de France. » Il serait de bon temps que nos Bleus trouvent l’inspiration pour remettre certaines pendules à l’heure.