Un come-back retentissant pour les Lions de l’Atlas. Le Maroc retrouve le mondial 20 ans après sa dernière participation en 1998 en France. Le Royaume poursuit ainsi son retour au premier plan dans le football africain et international, à l’image de son succès aux Jeux de la Francophonie en Côte d’Ivoire en juillet 2017 et un quart de finale lors de la dernière CAN au Gabon en janvier 2017. Les hommes d’Hervé Renard veulent surfer sur cette bonne dynamique en Russie en rééditant leur parcours durant le mondial 1986. Au Mexique, les Marocains se hissent en huitièmes de finale mais la tâche s’annonce compliquée pour le refaire en 2018 en Russie avec comme adversaire dans leur poule l’Espagne, le Portugal et l’Iran dans le groupe B.

Une défense de fer durant les éliminatoires

Pour disputer une nouvelle phase de finale de Coupe du Monde, la cinquième de son histoire, le Maroc devance dans son groupe la Côte d’Ivoire (champion d’Afrique 2015), le Gabon et le Mali dans l’une des poules les plus relevées de ce dernier tour de qualification. Le bilan est honorable avec trois victoires, trois matchs nuls et zéro défaite et aucun but encaissé. Ils finissent aussi parmi l’une des meilleures attaques de ces éliminatoires avec 11 réalisations.

Des statistiques impressionnantes marquées par trois résultats clés dans cette campagne victorieuse. Après des débuts poussifs durant la phase aller, le Maroc se libère lors de la phase retour des qualifications. Les Lions de l’Atlas terrassent le Mali 6-0 (triplé de Khaled Boutaib, deuxième meilleur buteur des éliminatoires) et confirment contre le Gabon toujours à la maison 3-0 cette fois-ci. Puis ils remportent la finale du groupe à Abidjan devant la Côte d’Ivoire en s’imposant 2-0.

Un guide convoité en Afrique

Pour réussir cette performance (une cinquième participation à la Coupe du Monde), la Fédération marocaine de football choisit comme entraîneur Hervé Renard. Ce dernier prend les rênes du Maroc en 2016 et connaît parfaitement le Continent en jouissant d’une belle réputation avec à son actif deux CAN gagnées (Côte d’Ivoire en 2015, Zambie en 2012). Il est le premier entraîneur à réaliser cet exploit. Après ses deux succès à la CAN, il arrive à se qualifier pour la première fois en phase finale de Coupe du Monde avec une sélection africaine et tentera de passer le premier tour.

Un milieu fourni et une attaque limitée

Le Maroc dispose d’atouts intéressants pour contrarier les meilleurs nations du monde en Russie notamment l’Espagne et le Portugal qui se trouvent dans son groupe au Mondial. Le Royaume s’appuie sur une nouvelle génération très talentueuse avec comme tête d’affiche Achraf Hakimi (Real Madrid) et Hakim Ziyech (Ajax Amsterdam). Ces jeunes sont entourés par des cadres comme Mehdi Benatia (Juventus Turin) et M’barek Boussoufa (Al Jazira), qui ont connu toutes les périodes moins fastes du football marocain.

Un collectif possédant un bon état d’esprit dirigé par Hervé Renard. Ce dernier possède la faculté à tirer le meilleur de ses troupes dans tous les domaines, sur le plan défensif, offensif et tactique. Il s’agit du point fort de cette sélection. Bien fourni en défense et dans l’entrejeu, le Maroc, qui évolue en 4-2-3-1, dispose de moins de talents en attaque, plus précisément au poste d’avant-centre. Il leur manque un grand buteur tels que Didier Drogba ou bien Samuel Eto’o. Cette faiblesse peut porter défaut à la sélection maghrébine dans ses objectifs de passer le premier tour en Russie.

Le joueur clé : Mehdi Benatia

Figurant parmi les meilleurs défenseurs d’Afrique, le capitaine des Lions de l’Atlas se présente naturellement comme le leader de cette sélection sur le terrain. Auteur d’un des deux buts de la qualification à Abidjan, il dirige d’une main de fer sa défense et n’est pas étranger au fait que sa sélection termine le dernier tour de qualification sans encaisser de but. Sa puissance, son efficacité dans le jeu aérien et sa rigueur lui ont valu des transferts de prestige au Bayern Munich et à la Juventus.

La liste des 23 du Maroc

Gardiens : Mounir El Kajoui (Numancia, Espagne), Yassine Bounou (Girona, Espagne), Ahmad Reda Tagnaouti (IRT)

Défenseurs : Mehdi Benatia (Juventus, Italie), Romain Saiss (Wolverhampton, Angleterre), Manuel Da Costa (Basaksehir, Turquie), Badr Benoun (RCA), Nabil Dirar (Fenerbahçe, Turquie), Achraf Hakimi (Real Madrid, Espagne), Hamza Mendyl (LOSC, France)

Milieux de terrain : M’barek Boussoufa (Al Jazira, EAU), Karim El Ahmadi (Feyenoord, Pays-Bas), Youssef Ait Bennasser (Caen, France), Sofyan Amrabat (Feyenoord, Pays-Bas), Younès Belhanda (Galatasaray, Turquie), Fayçal Fajr (Getafe, Espagne), Amine Harit (Schalke 04, Allemagne).

Attaquants : Khalid Boutaïb (Malatyaspor, Turquie), Aziz Bouhaddouz (Saint Pauli, Allemagne), Ayoub El Kaabi (RSB), Nordin Amrabat (Leganés, Espagne), Mehdi Carcela (Standard de Liège, Belgique), Hakim Ziyech (Ajax Amsterdam, Pays-Bas)

Réservistes : Youssef En-Nesyri (Malaga, Espagne), Mazraoui Noussair (Ajax Amsterdam), Oualid El Hajjam (Amiens, France)

Le maillot du Maroc

Le programme des matchs de préparation du Maroc

Le programme du Maroc dans le groupe B :

Maroc-Iran le 15 juin à 17 heures sur beIN Sports

Portugal-Maroc le 20 juin à 14 heures sur beIN Sports

Espagne-Maroc le 25 juin à 20 heures sur beIN Sports