Il y a deux jours, cela a fait deux ans. Deux ans que l’équipe de France ressasse cette défaite en finale de l’Euro 2016 contre le Portugal (0-1, après prolongations) dans son Stade de France. Ce dimanche, Paul Pogba et compagnie auront l’occasion d’effacer ce douloureux souvenir en venant à bout de la Croatie en finale de la Coupe du Monde, à Moscou, au Stade Loujniki (rencontre à suivre, bien évidemment, sur notre live commenté).

Depuis cette cruelle défaite, suite à un but d’Eder, beaucoup de choses ont changé. Si le sélectionneur des Bleus, Didier Deschamps est toujours en place, les hommes eux, au moins quelques-uns, ont changé. Sur la liste initiale de Didier Deschamps, le 12 mai 2016, quinze joueurs sont absents et nous pouvons enlever Diarra (remplacé par Schneiderlin) et Mathieu (remplacé par Umtiti). Exit donc Costil, Koscielny, Mangala, Evra, Sagna, Jallet, Digne, Schneiderlin, Cabaye, Sissoko, Payet, Martial, Coman et Gignac. Et bonjour à Areola, Hernandez, Kimpembe, Mendy, Pavard, Sidibé, Umtiti, Varane (qui avait dû déclarer forfait), N’Zonzi, Tolisso, Dembélé, Fekir, Lemar, Mbappé et Thauvin.

Au total, il reste neuf joueurs, dont sept qui pourraient être titulaires ce dimanche mais qui ne l’étaient pas forcément en 2016, qui ont connu cette défaite. Ceux qui sont encore là, eux, ne veulent pas y penser. « Le Portugal ? On sait ce qu’on a mal fait et ne doit pas refaire. Il faudra jouer de la même manière et je pense que ça passera. On a des points à améliorer quand on joue une finale, on est sur le bon chemin vu le dernier match qu’on a su faire, on est monté en puissance, on sait ce qu’il faut faire », a avancé ce jeudi Samuel Umtiti en conférence de presse.

« On pensait que le Portugal, c’était gagné d’avance »

Paul Pogba, lui, a changé aussi. Il a endossé un rôle de leader, à l’image de Raphaël Varane. « On est arrivé tellement pour lâcher que j’espère vraiment ne pas perdre cette finale et passer de bonnes vacances. Parce que les vacances de 2016 que j’ai passées, elles n’étaient pas bien du tout. Je les ai encore là (il montre sa gorge). Maintenant, je connais le goût de la défaite en finale. C’est vraiment pas bon, c’est très amer. Cette finale on ne va pas l’aborder comme à l’Euro. On veut finir bien, avec le sourire. Faire péter la France. J’ai vu des photos et on veut encore revoir ça avec les joueurs en même temps en train de sauter partout et de crier avec toute la France, tous nos fans, tous nos proches, avec tout le monde », a commencé par développer la Pioche.

« Je pense qu’à l’Euro, on le sait, on pensait que c’était déjà fait. La mentalité n’était pas pareil. Je ne vais pas vous mentir, après avoir gagné contre l’Allemagne (2-0), on pensait que c’était ça la finale. On pensait que le Portugal, avec leur parcours... On s’est dit que c’était gagné d’avance, c’était ça notre erreur. Ce n’est pas pareil. C’est pour ça qu’on est tous conscients, concentrés, et qu’on veut pas faire la même erreur. On veut aborder ce match différemment, on veut aller la chercher et donner tout pour ramener cette coupe à la maison », a-t-il ainsi conclu. Espérons maintenant que les erreurs du passé ont été apprises et que les Bleus remporteront une deuxième étoile, vingt ans après.