« Le groupe vit bien ». Une petite phrase que l’on a souvent l’habitude d’entendre lors des conférences de presse des joueurs ou des entraîneurs. Et c’est encore le message qui est ressorti des différents points presses des Bleus en Russie quand des questions au sujet de la vie de groupe ont été posées. Pourtant, tous les Tricolores ne vivent pas ce Mondial de la même façon. Si l’objectif et la concentration sont les mêmes pour tous, la façon d’appréhender cette Coupe du Monde n’est pas forcément tout à fait pareil selon si on est titulaire ou remplaçant. Pourtant, pour Nabil Fekir, remplaçant pour le moment dans l’esprit de Didier Deschamps, cela ne change rien du tout à sa préparation. « Non, il n’y a pas de préparation particulière. On s’adapte tout simplement. C’est vrai qu’à Lyon, j’ai l’habitude de commencer les matches. On est en équipe de France et il faut s’adapter tout simplement ».

Même son de cloche du côté de Presnel Kimpembé quand on lui a demandé comment il vivait ce tournoi. « Pour moi, c’est très grand. C’est la meilleure compétition au monde. Je suis à 200 % pour l’équipe. Si on fait appel à moi, je serais prêt ». Peu ou pas utilisés par le staff tricolore lors des matches, les remplaçants profitent des séances d’entraînement pour se maintenir au niveau, garder le rythme et aussi tenter de gagner des points auprès de Deschamps. Ce qu’a reconnu Nabil Fekir. « Aux entraînements, j’essaye de montrer aussi que je suis capable de pouvoir jouer dans cette équipe ». Avant les matches, tout le groupe travail ensemble. Quelques oppositions sont au menu. L’occasion pour les remplaçants de se mettre en évidence. On a pu noter notamment une bonne relation entre Kylian Mbappé et Nabil Fekir lors de l’entraînement de lundi par exemple. Après les rencontres, le programme est différent. Suite à la victoire face à l’Australie, la journée de dimanche était consacrée à la récupération et au travail en salle pour les onze titulaires.

Des attitudes qui plaisent à Deschamps

Du côté des remplaçants, un match amical face aux U19 du Spartak Moscou était au programme pour justement garder le rythme. Tous y ont participé. A noter qu’Alphonse Aréola, lui, était dans l’équipe adverse. Un match où certains éléments n’ont pas franchement brillé à l’image de Thomas Lemar et Florian Thauvin. Lors de cet amical, le Marseillais a été souvent très individualiste et il a surtout raté pratiquement tout ce qu’il a entrepris. Des éléments comme Djibril Sidibé et Benjamin Mendy, doublés par Benjamin Pavard et Lucas Hernandez, n’ont pas vraiment regagné du terrain sur la concurrence. S’ils ont beaucoup été sollicités, ils ont raté la plupart de leurs centres. Défensivement, ils ont fait le boulot dans l’ensemble. En revanche, d’autres continuent de poser de bons problèmes à Didier Deschamps. Blaise Matuidi, Olivier Giroud et Nabil Fekir ont tous les trois livré une bonne prestation et ils ont chacun marqué un but.

On a surtout pu constater que la relation entre Giroud et Fekir était plutôt bonne. Les deux hommes se sont souvent cherchés, ont beaucoup combinés. Ils sont ainsi restés sur leurs lancées, eux qui avaient été salués pour leur entrée face aux Socceroos par Deschamps. Un coach qu’ils essayent de convaincre aux entraînements mais aussi lors des quelques minutes qu’ils peuvent avoir en match comme l’a expliqué Fekir. « Mon rôle est d’apporter offensivement, d’essayer de percuter, de faire du jeu avec les autres joueurs. Le peu de temps de jeu que j’ai, j’essaye de donner le maximum. J’essaye d’apporter ce que je peux à l’équipe ». Que ce soit sur le terrain, en essayant d’apporter du sang neuf, de l’envie. Mais aussi hors du terrain. Face à l’Australie, les joueurs qui s’échauffaient derrière le but ont par exemple encouragés Samuel Umtiti, après sa faute de main qui a provoqué le pénalty adverse. Des attitudes qui ont plu à Deschamps. lmpliqués à tous les niveaux, les remplaçants tricolores sont prêts à tout donner pour retrouver le costume de titulaire qu’ils ont l’habitude de porter toute l’année.