Depuis le début de la Coupe du Monde, Paul Pogba s’est imposé comme un véritable leader de l’équipe de France. Aujourd’hui, en conférence de presse à Istra avant la finale de ce Mondial russe contre la Croatie, dimanche (à suivre en direct sur notre live commenté), l’international français s’est exprimé. Il a entre autres expliqué sa belle métamorphose, lui qui était tant critiqué autant sur son apport que sur son attitude qui était jugée nonchalante. « Déjà je n’ai jamais écouté les critiques. Ça n’a jamais été mon truc. Avant de commencer cette Coupe du Monde, j’avais déjà parlé. J’avais dit des choses qu’on prenait mal et qu’on prend bien aujourd’hui. C’est une Coupe du Monde et je veux la gagner », a commencé par développer le milieu de terrain de Manchester United avant de préciser.

« Défendre ce n’est pas mon point fort, je ne suis pas N’Golo, mais je le fais avec plaisir. J’ai pris en maturité, j’ai grandi. Antoine est attaquant, il défend, il me dit où je dois me mettre, il me parle de mon positionnement. Il faut passer par la. Si je grandis, c’est grâce au coach et au groupe. Je prends en maturité. Les critiques, même si je ne regarde pas, ça me revient toujours aux oreilles. Ça aide aussi, mais c’est bon ! Enfin, c’est bon, ça ne veut pas dire qu’il faut toujours me critiquer hein (rires) ! L’équipe me fait grandir, le coach aussi », a-t-il poursuivi en étant aussi souriant que concentré face aux journalistes.

« On ne me parle plus de marquer des buts »

Outre son jeu, la Pioche est aussi revenue sur son rôle dans le vestiaire et sur le terrain : « ça vient naturellement. On est tous des patrons, on a le même objectif. Si je peux aider les joueurs un peu plus jeunes ou ceux moins expérimentés, donner des conseils, encourager, je le fais, c’est pour le groupe, toujours pour le groupe ». Mais ce rôle, il l’a appris d’une personne en particulier : Patrice Evra. « Encore tonton Pat’, ça a toujours été un exemple dans le leadership. C’est un leader né. Les conseils qu’il m’a donnés, aujourd’hui, je les applique. Il m’a toujours conseillé de parler de faire des choses. Ça m’aide encore et ça m’a aidé », a sérieusement répondu Pogba.

Enfin, le milieu de l’équipe de France qui jouera sa deuxième finale en deux ans, après celle contre le Portugal à l’Euro, a expliqué son nouveau rôle. Et ce dernier est bien loin de celui qu’on lui avait collé. « On ne me parle plus de marquer des buts. Je fais mon rôle de milieu de terrain. il y a moins de part offensive, je défends, je fais mon rôle. On me juge plus là-dessus aujourd’hui. Dans tous les cas quand on gagne, c’est autre chose. Contre l’Italie j’ai été critiqué alors que je faisais mon rôle de milieu de terrain et aujourd’hui, je fais pareil et on ne me critique plus. Même Grizou a été critiqué. Mais quand tu le vois défendre, tu ne le critiques pas », a-t-il enfin conclu. Une chose est certaine, sa métamorphose a été bénéfique à l’équipe de France. Il a été probablement l’un des meilleurs Français lors de cette compétition. Mais comme il le dit lui-même, il reste une marche, et on attend de lui, comme d’autres, qu’il aide les Bleus à la passer afin qu’on puisse broder une nouvelle étoile sur le maillot tricolore.