C’est devenu un classique de la Coppa Italia. Comme en 2016, la Juventus et l’AC Milan croisaient le fer en finale ce mercredi soir au Stadio Olimpico. En attendant de remporter officiellement son Scudetto, la Vieille Dame avait pour objectif d’asseoir sa suprématie nationale en remportant pour la quatrième fois consécutive cette compétition. Si les hommes de Massimiliano Allegri ont remporté à deux reprises cette saison les confrontations directes en Serie A, les hommes de Gennaro Gattuso avaient l’ambition de mettre fin à cette mauvaise série et de renouer avec un titre qui échappe au club milanais depuis 2016 (Supercoupe d’Italie). Pour ce choc, les deux entraîneurs alignaient leurs onze types. Côté Juve, le duo Barzagli-Benatia formait la charnière centrale en l’absence de Giorgio Chiellini, suspendu. Cuadrado et Asamoah occupaient les côtés, alors que Mandzukic était titularisé en lieu et place de Higuain. Côté Rossoneri, pas vraiment de surprise avec Bonucci en leader de la défense, et Cutrone à la pointe de l’attaque.

Le match démarrait sur un rythme assez terne. Les deux formations se livraient à un round d’observation. On sentait les deux équipes assez prudentes dans ce début de match. Il fallait attendre la 8ème minute pour voir le premier coup d’éclat. Au terme d’un superbe double une-deux entre Çalhanoğlu et Cutrone, la pépite italienne déclenchait un tir plein axe, mais Buffon détournait (8e). La Juventus avait le contrôle du match, mais éprouvait beaucoup de difficultés à se mettre en position de tir. Bien en place, les Milanais faisaient le dos rond et attendaient le bon moment pour placer une flèche en contre-attaque. La menace sur le but de Donnarumma était permanente, mais les occasions étaient bel et bien côté Rossoneri. Pas attaqué par la défense adverse, Suso enroulait une frappe, mais Buffon détournait en corner (30e). La réponse turinoise ne tardait pas. Dybala effaçait Locatelli après un bon enchaînement, mais son tir du droit en bout de course n’inquiétait pas le portier milanais (33e). Quelques semi-occasions côté Juve, mais rien de très emballant. Les défenses des deux équipes prenaient clairement le pas sur les attaquants.

L’AC Milan coule en huit minutes sur deux erreurs de Donnarumma

L’AC Milan revenait sur le pré revigoré et bousculait leur adversaire d’entrée de jeu. Mais ni la tentative de la tête de Bonaventura, ni la frappe de Calhanoglu n’inquiétait réellement le portier transalpin (46e, 48e). L’orage passé, la Vieille Dame remettait le pied sur le cuir. Douglas Costa centrait à ras de terre pour Khedira qui glissait un ballon à Dybala. A l’extrême limite du hors-jeu, la Joya enroulait son tir, mais Donnarumma se couchait bien (52e). La pression s’intensifiait sur les cages du jeune gardien. A la retombée d’un dégagement de la défense milanaise, Dybala, une nouvelle fois, décochait une frappe tendue... sauvée in extremis par Donnarumma, alors que ce dernier était masqué au départ. Sur le corner, Medhi Benatia ouvrait le score d’une superbe tête décroisée (1-0, 56e). En feu dans ce deuxième acte, Dybala se défaisait du marquage après un joli double contact et déclenchait une frappe de loin, mais une fois de plus, le portier Rossoneri s’envolait (60e).

Mais à force d’être sollicité, le jeune gardien craquait. Sur un tir tendu de Douglas Costa, Donnarumma n’avait pas les mains assez fermes et laissait le cuir lui transpercer les gants (2-0, 61e). Totalement asphyxiés, les hommes de Gennaro Gattuso n’arrivaient plus à sortir la tête de l’eau. Toujours aussi habile sur coup de pied arrêté, Pjanic trouvait Mandzukic qui claquait une tête à priori sans grand danger, mais Donnarumma relâchait le ballon incompréhensiblement. Une bévue dont profitait Benatia pour inscrire le doublé (3-0, 64e). Pourtant si impérial jusque-là, Gianluigi Donnarumma commettait deux erreurs impardonnables qui condamnait son équipe. En huit minutes, le navire des Rossoneri venait de couler. Mais ces derniers voulaient certainement sauver l’honneur. Et ils passaient tout près de le faire. Après un gros travail de Kalinic, le Croate centrait fort.. et Matuidi reprenait... sur son poteau (72e). La fin de match était interminable pour les Milanais. Et sur un nouveau corner botté par Pjanic, l’AC Milan craquait de nouveau. Kalinic déviait le cuir au fond de ses propres filets (4-0, 76e). La messe était dite. Et la double occasion du duo Locatelli-Borini ne changeait rien puisque Buffon veillait au grain. Le score en restait là. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que l’AC Milan s’est saboté son match tout seul, malgré la supériorité de la Vieille Dame. Grâce à cette victoire écrasante, la Juventus remporte sa quatrième Coppa Italia d’affilée, la treizième de son histoire, et continue d’asseoir sa suprématie nationale.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10