Parti de la sélection des Espoirs par la petite porte, Erick Mombaerts a été pointé du doigt pour sa gestion de la sortie nocturne des cinq Bleuets (M’Vila, Ben Yedder, Mavinga, Niang et Griezmann). Mais que s’est-il réellement passé ? L’ancien coach des Espoirs est à nouveau sorti du silence pour livrer sa version des faits au micro de RMC.

« Je ne peux pas accepter ce qu’ils ont fait, je ne peux pas l’admettre, mais je peux le comprendre. Ils n’ont pas été capables de résister à un certain nombre de pulsions. Ça, c’est incontestable. Ils ont mis le collectif en difficulté, pas forcément sur le fait qu’ils soient sortis 48 heures avant un match, mais plus parce que ça a déstabilisé le groupe. C’est quelque chose qu’on n’a pas compris sur le moment. Ce n’est pas le fait, pour des gamins de 20 ans, de ne pas dormir. C’est surtout que certains n’ont pas accepté, n’ont pas apprécié. C’est l’aspect psychologique qui a été difficile. Les pulsions ont pris le pas sur l’appréciation d’une situation, sur une forme d’intelligence. Il y a toujours un moment de réflexion qui permet de ne pas passer à l’acte. »

Et s’il condamne l’attitude de ses ex-protégés sans toutefois les enfoncer, Mombaerts refuse cependant de plaider coupable. En effet, alors que certains lui reprochent d’avoir aligné d’entrée de jeu deux des cinq fautifs (M’Vila et Mavinga, Ndlr), le technicien précise qu’il n’avait pas tous les éléments à sa disposition pour prendre les sanctions adéquates. « Au niveau de l’exigence, je n’ai rien à me reprocher. Je suis allé à la pêche aux informations. On a joué à l’Inspecteur Gadget jusqu’à 1h, le dimanche soir. Pour savoir que des joueurs étaient sortis, j’ai dû faire le pied de grue, arracher des informations. Je n’étais pas obligé de le faire. Je l’ai fait. (...) Les joueurs ont menti. Forcément, ça a pris énormément de retard. Le lundi, j’ai annoncé à tout le monde que quoi qu’il arrive, il y aurait des sanctions, que c’était inadmissible. Ils m’avaient menti et je n’avais pas la totalité des noms, donc il était difficile de punir. »

Car s’il avait pu, Mombaerts se serait bien passé de tout ce battage médiatique ainsi que des lourdes sanctions infligées par la FFF. « Ce qui me frustre le plus, c’est que j’aurais aimé régler cette affaire-là. Avec ce groupe, on a toujours super bien vécu. Je ne peux que louer leur comportement avant cette expédition. Je n’aurais jamais pu penser que ce soit possible. Cette affaire, je l’aurais réglée sportivement. Ça aurait été très efficace. Je l’aurais réglé, le problème. (...) Après, je comprends que des gamins de 20 ans puissent faire des erreurs. J’ai entendu certains donner des leçons. Le seul problème, c’est que je sais aussi ce qu’ils ont été capables de faire à un certain moment de leur vie. C’est un peu facile. » Voilà qui est dit.