Laurent Blanc a hâte de retrouver le terrain. Cela fait trois mois que l’équipe de France n’a pas disputé le moindre match et la perspective d’affronter l’Allemagne en février ravit le sélectionneur national, désireux d’en finir avec la polémique qui a entouré son futur à la tête de l’équipe de France. « Trois mois après, enfin un match ! On va reparler du terrain, sortir de ce climat général pessimiste et affronter une très bonne équipe. C’est bien », s’est-il félicité dans les colonnes du Progrès.

Le journal régional en a profité pour évoquer les cas de joueurs de l’Olympique Lyonnais, Yoann Gourcuff et Maxime Gonalons. Deux cas très différents, voire opposés au regard des courbes de performance des deux coéquipiers lyonnais. Au sujet de Gourcuff, Laurent Blanc a bien exprimé l’urgence de la situation. « Il n’a plus de temps à perdre. Il a été blessé, est revenu, mais est dans une équipe qui tourne bien. Il a du travail. On le suit, comme une quarantaine de joueurs et il faudra tomber à 23. Laissons-le retrouver sa place à Lyon déjà », a-t-il lancé.

Pour Maxime Gonalons, il s’agit d’un autre problème : sa polyvalence peut lui jouer des tours, même s’il souhaite évidemment se fixer au poste de milieu de terrain. « C’est un atout, on peut en avoir besoin sur un Euro, mais cela ne doit pas non plus devenir gênant. Il faut se fixer, et je sais où il veut le faire », a affirmé Laurent Blanc. Une fois que l’OL aura retrouvé ses défenseurs centraux, Gonalons pourra retrouver son rayonnement dans l’entrejeu et pourquoi pas une place dans le groupe français pour l’Euro 2012.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10