71 apparitions en équipe de France, 30 buts inscrits. Depuis ses débuts le 11 novembre 2011 lors d’un match amical contre les Etats-Unis (1-0), Olivier Giroud n’a cessé de s’imposer au sein des Bleus pour en devenir un maillon important. L’attaquant de Chelsea, qui est d’ailleurs rentré dans le Top 5 des meilleurs buteurs de l’équipe de France grâce à sa réalisation contre la Colombie en mars dernier (2-3). Mais tout au long de sa carrière, le natif de Chambéry a souvent eu le droit à des comparaisons avec son compatriote Karim Benzema. L’attaquant du Real Madrid n’a pourtant plus porté le maillot bleu depuis octobre 2015 (le joueur de 30 ans a ensuite été lié à l’affaire de la sextape avec Mathieu Valbuena), ce qui n’a pas stoppé les parallèles avec Giroud.

Convoqué par Didier Deschamps pour disputer la Coupe du monde 2018 avec les Bleus, Olivier Giroud a tenu sa première conférence de presse ce samedi pour livrer ses premières impressions. Mais les questions se sont ensuite tournées sur son cas personnel. Et sur une question au sujet de la rivalité avec Karim Benzema, l’ancien avant-centre d’Arsenal s’est livré sur cette période : « je ne sais pas si le ménage est terminé mais en tout cas, c’est sûr que ça m’a suivi tout au long de ma carrière. C’est aussi mon destin, c’est comme ça et je me suis nourri de tout ça pour grandir en tant qu’homme et en tant que joueur. Aujourd’hui, si j’ai une force de caractère, elle est liée à toutes ses péripéties. Mon boulot est d’aider l’équipe à atteindre ces objectifs et si je peux encore marquer beaucoup de buts pour parvenir à nos fins, je le ferrai avec plaisir. »

« J’ai décidé d’accueillir ça comme un défi »

Alors que les comparaisons auraient pu en toucher plus d’un, Olivier Giroud s’en est donc servi pour avancer. Le Chambérien a même développé son analyse en parlant de défi. « Je pense que dans la vie d’un homme ou d’un sportif de haut niveau, ce sont des moments importants qui te permettent d’évoluer, de passer un cap ou alors de baisser la tête. J’ai décidé d’accueillir ça comme une sorte de défi, d’un challenge, et je m’en suis servi pour progresser, garder la tête haute et être efficace. Et je suis fier d’accomplir ce que j’ai fait avec l’équipe de France », a expliqué l’ancien Montpelliérain devant les médias.

En rivalité auparavant avec Karim Benzema pour le poste de numéro 9 en équipe de France, notamment lors de la Coupe du monde 2014 durant laquelle le Madrilène a démarré les cinq rencontres alors qu’il n’était titulaire qu’à deux reprises, Olivier Giroud est aujourd’hui le seul véritable avant-centre du groupe qui se rendra en Russie. Un fait qui n’inquiète pas plus le principal intéressé, qui a aussitôt soulevé les qualités de ses partenaires : « chaque joueur a une place spéciale dans cette équipe, on est tous important. Et ça, le sélectionneur avait fait sa liste en conséquence. Tout le monde a un rôle à jouer, je ne me pose pas plus de questions que ça. On a beaucoup d’attaquants avec des qualités. On est très complémentaires donc c’est de bon augure pour l’équipe de France. » Il ne reste donc plus qu’aux atouts offensifs de trouver une certaine connexion pour briller lors de cette Coupe du monde, alors que les premiers automatismes se travailleront dès lundi contre l’Irlande.