Passé de Séville à Barcelone l’été dernier, Clément Lenglet aura attendu six journées de Liga et une blessure du malheureux Samuel Umtiti pour intégrer le onze d’Ernesto Valverde aux côtés de Gerard Piqué. À la fin de la saison, l’ancien Nancéien comptabilise 45 matches sous la tunique blaugrana, contre 15 pour le défenseur champion du monde formé à l’Olympique Lyonnais. Si Clément Lenglet a bousculé la hiérarchie établie à Barcelone, c’est sur la pointe des pieds qu’il découvre les Bleus depuis hier, convoqué pour trois rencontres face à la Bolivie (amical), la Turquie et contre Andorre (éliminatoires Euro 2020).

Si Lenglet est passé devant Umtiti en club, la donne est toute autre en équipe de France, où Didier Deschamps apprécie tout particulièrement de s’appuyer sur des cadres quasiment inamovibles. Quoiqu’il en soit, ces quinze prochains jours, Clément Lenglet ne compte pas bousculer l’ordre établi. « C’est la première pour moi. Je veux découvrir le groupe et apprendre de mes coéquipiers pendant ces quinze jours. Être prêt si l’entraîneur fait appel à moi. Si j’ai du temps de jeu, ce sera avec beaucoup de plaisir et de concentration, » a-t-il déclaré devant la presse, ce jeudi, sans pour autant dissimuler son impatience. « J’avais bien sûr envie de venir le plus vite possible, mais je avais qu’il y avait des joueurs en place, qui performaient en club et en sélection, il fallait que j’attende mon heure. Je suis très très heureux d’être là maintenant ».

Concurrence saine

« En place », Samuel Umtiti l’est depuis trois ans maintenant. Lancé par Didier Deschamps en quart de finale de l’Euro en France, face à l’Islande, le roc de Yaoundé n’a depuis manqué les Bleus que pour des raisons médicales. Lorsqu’on demande à Clément Lenglet s’il comprend que son coéquipier reste devant lui chez les Bleus, le défenseur de 23 ans n’hésite pas une seconde. « C’est normal, Sam a un très grand vécu en équipe de France, il a commencé en 2016 pour l’Euro, il a disputé la finale de l’Euro, il est champion du monde, il a participé à énormément de bons matches. C’est normal que j’arrive dans le groupe avec un statut différent, à moi de montrer que je peux être performant et gratter du temps de jeu. Je dois donner l’envie au sélectionneur de me donner du temps de jeu, » a-t-il poursuivi.

S’il était encore nécessaire de le préciser, la relation entre Clément Lenglet et Samuel Umtiti est au beau fixe. Peu importe si le « nouveau » est passé devant l’expérimenté au Barça, les deux hommes ont toujours été au cœur d’une concurrence saine. « On est toujours sur la même longueur d’ondes, Sam m’a super bien accueilli quand j’ai signé à Barcelone (été 2018, ndlr), on a une relation de Français à l’étranger, on se sert les coudes, on s’entend très très bien, le fait de la concurrence n’est pas un poids et c’est très bien comme ça », a conclu le Beauvaisien.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10