Jeudi dernier, lors de l’annonce de sa liste des 23 joueurs pour les matches contre l’Islande et l’Allemagne, Didier Deschamps avait lancé un avertissement à Ousmane Dembélé. Le sélectionneur de l’équipe de France, qui avait également envoyé un message fort à Benjamin Mendy en début de semaine, a une nouvelle fois évoqué le cas de l’attaquant du FC Barcelone. Et, une fois de plus, le technicien s’est montré incisif.

« Ousmane a beaucoup de qualités. Sur ce début de saison, il a réussi à y allier l’efficacité, c’est ce qu’on demande à un joueur offensif. Il n’a pas débuté les deux derniers matches. Il a la capacité à allumer des incendies. (...) Sur ce qu’il est capable de faire, il doit aller dans cette voie-là. C’est ce qu’il fait avec le Barça », a-t-il lancé face aux journalistes présents avant de poursuivre.

« À lui de prendre conscience qu’il faut se donner tous les moyens »

« Mais c’est encore un jeune joueur, qui a, à 20 ans, besoin de gagner en maturité sur le terrain et en dehors. Les exigences du haut niveau sont élevées », a-t-il glissé. Relancé quelques minutes plus tard, DD a persisté et signé. « Son entraîneur en club a communiqué dans ce sens : il faut être performant tous les trois jours. C’est un jeune joueur plein d’enthousiasme, de vie. À lui de prendre conscience qu’il faut se donner tous les moyens. Cela passe par ce qu’il se passe sur le terrain et en dehors aussi », a-t-il expliqué.

Si, comme pour Mendy, l’entraîneur des Bleus s’est montré ferme, il a bien voulu accorder à Dembouz quelques circonstances atténuantes. « Il est passé de Rennes à Dortmund puis au Barça, le tout à 20 ans à peine… Il faut aussi digérer tout ça », a-t-il conclu, compréhensif. Le message est passé. À Ousmane Dembélé de répondre au mieux à ce défi. Pourquoi pas dès jeudi contre les Islandais.