Attaquant supersonique, Anthony Martial va-t-il réussir le pari de coiffer sur le poteau bon nombre de ses concurrents au sein de l’attaque de l’équipe de France ? A bientôt 22 ans, le buteur de Manchester United avait en effet totalement disparu des écrans radars de la sélection depuis le mois d’octobre 2016 et une apparition face aux Pays-Bas. En perte de vitesse avec les Red Devils, l’ancienne sensation de l’AS Monaco a su rebondir en ce début de saison pour faire partie des candidats au Mondial 2018.

Auteur de 4 buts et de 2 passes décisives en 10 matches de Premier League (dont seulement 3 titularisations), celui qui est devenu le supersub de José Mourinho s’est réveillé au bon moment pour réintégrer le groupe France. De retour après un an d’absence, Martial jouait gros hier soir à Cologne. Titularisé par Deschamps pour la première fois depuis le 6 septembre 2016 et le 0-0 concédé face à la Biélorussie, l’international tricolore avait pour mission de se faire remarquer face aux champions du monde en titre. Rien que ça.

Un retour en grâce après la traversée du désert

Mais hier, les Bleus ont eu la chance de retrouver le Martial percutant qui avait convaincu MU d’investir 80 M€ (50 M€ fixes + 30 M€ de bonus) sur lui en 2015. Chargé d’animer les ailes avec Kylian Mbappé, le Mancunien a répondu présent. Véritable poison pour la défense allemande, Martial a été passeur décisif sur l’ouverture du score de Lacazette (34e), a signé plusieurs percées incisives (49e, 58e, 88e) et aurait même pu conclure sa belle soirée en tuant le match s’il n’avait pas raté son face-à-face avec Kevin Trapp en fin de match (89e). Une occasion ratée qui n’a pas gâché le plaisir du principal intéressé. « Personnellement, ça faisait longtemps que je n’avais pas joué avec l’équipe de France donc ça fait plaisir. Le coach m’a donné l’occasion d’être titulaire et ça s’est bien passé », a-t-il déclaré au micro de TF1.

Élu homme du match par la rédaction de Foot Mercato, Anthony Martial a également ravi l’un de ses coéquipiers d’un soir, l’autre grand bonhomme de la rencontre, Alexandre Lacazette. « On s’entend bien (avec Martial et Mbappé), ce sont des joueurs de qualité, donc forcément c’est facile de s’entendre avec ce genre de joueurs. Le coach nous avait laissé la liberté d’occuper les trois zones offensivement et défensivement ». Et Deschamps dans tout ça ? « C’est bien pour l’équipe, c’est bien pour eux. Ce n’était pas un examen de passage mais j’avais averti tout le groupe de profiter du temps du jeu qui serait attribué. Que ce soit pour les titulaires ou les entrants ». Et visiblement, Martial a reçu le message cinq sur cinq. À lui de confirmer d’ici le mois de mars. Et si une nouvelle convocation est au rendez-vous, le Red Devil sera l’un des nombreux casse-têtes à résoudre pour Deschamps.