Et de 35 pour Olivier Giroud ! Après avoir égalisé David Trezeguet suite à son but inscrit en Moldavie, Giroud l’a dépassé, grâce à une réalisation pleine de flair face à l’Islande que n’aurait d’ailleurs pas renié l’ancien attaquant de la Juventus. Voilà le Français de 32 ans seul sur la troisième marche du podium des meilleurs buteurs en équipe de France (35 buts donc, en 89 sélections), derrière Michel Platini et Thierry Henry. Forcément, ce titre honorifique était abordé par ses coéquipiers à la fin de la rencontre, en zone mixte.

En commençant par son ami Benjamin Pavard, auteur du centre qui a permis à Giroud d’atteindre ce total. « Olivier c’est un très bon pote, un très grand professionnel. Je suis vraiment très content pour lui, car il est beaucoup critiqué en France. Mais il répond toujours présent sur le terrain. Il est là, à s’arracher sur le but. Il pense toujours au collectif, je suis très content pour lui », a-t-il lancé. Évoquer Giroud, c’est effectivement toujours ressasser les mêmes critiques, sur son style de jeu particulier et ses caractéristiques de numéro 9 à l’ancienne. Mais les statistiques sont là pour montrer l’importance de l’attaquant au sein de l’équipe de France, en plus du témoignage de ses coéquipiers.

Platini nouvelle cible

Au tour d’Antoine Griezmann d’encenser son compère offensif. « Chapeau à lui. C’est un exemple. Il a toujours répondu présent, que ce soit sur le terrain ou en dehors. Moi comme toute l’équipe on est très fier de lui. On va essayer de l’amener au plus haut possible », a-t-il dit avec sincérité. Qu’en pense le principal intéressé ? « C’est une très grande fierté. Qui plus est passer devant Trezeguet qui était pour moi une référence au poste d’avant-centre avec ses caractéristiques de buteur. Bien sûr je suis content, je suis fier et j’ai envie de continuer et pourquoi pas espérer rattraper Platini, on verra ! »

Michel Platini n’est qu’à 6 longueurs devant Olivier Giroud et au rythme où il avance ces derniers temps, il se pourrait bien que le prochain rassemblement de juin, avec trois matches au programme, lui permette de se rapprocher grandement de l’ancien numéro 10 tricolore. Le tout dans son style moins délié que Mbappé ou Griezmann, avec lesquels la complicité est apparue, face à l’Islande, plus développée que jamais.