C’est une défaite 2-0 très bien payée tant les Pays-Bas ont bousculé l’équipe de France vendredi soir à Rotterdam. De la première à la dernière minute, les Oranje ont dominé les Bleus, notamment dans l’impact et dans le duel, éteignant toute idée de construction de jeu. A part Hugo Lloris, tous les joueurs titularisés par Didier Deschamps ont sombré, techniquement comme physiquement, face à des Bataves déchaînés. Alors comment expliquer ce non-match un soir où seul un point suffisait de garantir la première place du groupe et donc la qualification pour le Final Four ? En zone mixte, certains Bleus se sont arrêtés pour tenter d’expliquer non seulement la défaite mais aussi le triste niveau affiché.

« On a manqué de beaucoup de choses ce soir, pratiquement de tout. On n’a pas été bons. C’est un jour sans. On a manqué de tout, on a été punis. On aurait pu encaisser plus de buts si on n’avait pas eu un grand Hugo », a noté Blaise Matuidi. La thématique du "jour sans" a été reprise par plusieurs Bleus. À commencer par Moussa Sissoko, entré en jeu en seconde période et fautif sur le penalty transformé par Depay. « Les Pays-Bas ont très bien joué ce soir. Ils ont surtout dominés dans les duels. Ce qui est normalement notre force première. On est normalement solides, ce soir ce n’était pas le cas. Il y a des jours sans. Ce soir ça l’était. Il va falloir trouver le pourquoi du comment et rectifier le tir. Ce soir on a plein de questions à se poser. Quasiment à tous les niveaux on a péché. Ce n’est pas l’équipe de France. On ne va pas parler à chaud. Il va falloir se refroidir la tête et demain avoir une meilleure analyse sur ce match. »

L’analyse lucide d’Olivier Giroud

Less Bleus ont parfois semblé manqué de détermination, voire d’envie, se trouvant trop loin de leurs vis-à-vis défensivement. Mais la thèse d’une envie déclinante est repoussée avec force par les joueurs, bien qu’elle ait été évoquée par le sélectionneur Didier Deschamps. C’est le cas d’Antoine Griezmann. « Celui qui n’a pas envie en équipe de France, qu’il ne vienne pas ! Je ne crois pas que ce soit ça. Ce n’était pas notre soir. On a essayé de faire de notre mieux. On a mal choisi la soirée pour passer à travers. » Pour le numéro 7, les absences (Umtiti, Pogba, Lucas Hernandez entre autres) se sont trop remarquées. « On n’était pas dedans, que ce soit au début ou en deuxième mi-temps, ce n’était pas nous. On avait beaucoup de joueurs importants absents et ça s’est vu. »

Finalement, l’analyse la plus complète est venue d’Olivier Giroud, attaquant sevré de ballons et sorti en cours de deuxième période pour laisse place à Ousmane Dembélé. « Le haut niveau je ne pense pas que ce soit une question d’envie. A partir du moment où tu es dépassé dans tous les compartiments du jeu... En première mi-temps, quand tu faisais le pressing, ce n’était pas coordonné. Ce n’était pas en équipe. Il n’y avait pas ce qu’il faut pour récupérer le ballon. On jouait trop bas. Quand on récupérait, la première passe n’était pas tranchante et on avait du mal repartir en contre-attaque. Même si on a eu quelques opportunités en première mi-temps, ça ne suffit pas. Heureusement que Hugo nous a maintenus à flot une partie du match. On ne peut s’en prendre qu’à nous-mêmes, il faut assumer », a-t-il affirmé. Un discours fort qui devra être suivi d’effets dès mardi soir lors du match amical prévu face à l’Uruguay au Stade de France.