Pour affronter la Moldavie et l’Islande, Didier Deschamps a convoqué 23 joueurs. Une liste sans grande surprise marquée toutefois par les retours de quelques anciens de la maison tricolore (Martial, Kurzawa ou encore Coman). Un an et demi après leur sacre mondial en Russie, les Bleus vont donc démarrer les éliminatoires de l’Euro 2020 avec une équipe sans grande surprise, même si certains choix font toujours parler. Des questions liées à des envies de changement exprimées par une partie de l’opinion publique. Entre des performances pas toujours au rendez-vous et un âge parfois avancé, certains Tricolores méritent-ils d’être conviés à faire place nette à du sang neuf en vue de l’Euro ?

Lors de la conférence de presse de l’annonce de sa liste, DD a notamment été interrogé sur les cas de Steve Mandana et d’Olivier Giroud. Âgés respectivement de 33 et 32 ans, les deux champions du monde peuvent-ils encore prétendre à une place pour le Championnat d’Europe ? « Oui, ça rentre dans une réflexion. Un moment, se dire que ce n’est pas qu’une question d’âge. Ce n’est pas leur octroyer une wild card par rapport à ce qu’il ont fait (en Russie). À eux de se maintenir au niveau. Est-ce que ce sera le cas à l’Euro ? Je ne peux pas y répondre. C’est la vérité entre guillemet, mais dans deux mois elle ne sera pas forcément la même. Ce n’est pas le titre de champion du monde (qui leur permet d’être convoqués), c’est ce qu’ils ont fait pour en arriver là, et il y a le vécu », a-t-il déclaré en conférence de presse.

« Je ne suis pas là pour tenter »

Avant de préciser également que ces convocations n’étaient pas dues exclusivement à leur statut de champions du monde. « Ce n’est pas de la gratitude, c’est une réalité. On ne peut pas enlever ce qu’ils ont fait, mais je ne leur octroie pas des passes droits. Le vécu est toujours un plus pour eux. Quand je choisis, c’est comparer les forces de l’un à ce qui pourrait être la force d’un autre. Evidemment, l’aspect humain dans un groupe n’est pas un critère décisif, mais important quand on est ensemble en sélection. Il n’y a pas de gratitude. Je suis reconnaissant de ce qu’ils ont fait. Ils le méritent. C’est surtout du mérite, je ne suis pas une assurance vie. Si je les prends, c’est parce que ça penche plus d’un côté plutôt que d’un autre ». Droit dans ses bottes, le Bayonnais ne compte donc pas changer pour changer.

« Je comprends l’effet nouveauté, c’est quelque chose de plaisant. Je ne suis pas là pour tenter. Je suis là pour analyser, réfléchir. Quand il y a un joueur intéressant, si je le prends, c’est parce que je pense qu’il peut être au niveau des Bleus », a-t-il indiqué après avoir fait savoir qu’il ne testera par ailleurs aucun joueur de l’équipe de France Espoirs pour ne pas entraver la préparation de l’Euro 2019 de la catégorie. Quant aux joueurs profitant des cascades de blessures pour faire leur retour dans le groupe France (on pense notamment à Kurzawa et Digne), eux aussi ont été fixés par Deschamps. « Il peut y avoir des blessures comme pour le poste d’arrière gauche, mais ce n’est pas donner des espoirs alors qu’il n’y a pas d’espoir. Quand je prends une décision, je pense, même si ça peut prendre plus de temps pour certains que d’autres, c’est qu’ils peuvent répondre aux exigences du niveau international ». Ne pas se faire de fausses joies donc, même si le droit de faire douter le sélectionneur en se montrant très performant reste permis.