La pression ? Ikoné ne connait pas. France-Albanie, 77e minute de jeu, Jonathan Ikoné prend la place de l’homme du match, Kingsley Coman, auteur d’un doublé. La barre est donc haute, mais l’attaquant ne se dégonfle pas, inscrivant même son tout premier but lors de sa toute première sélection en équipe de France. Jeudi dernier, on avait vu un Jonathan Ikoné plutôt timide et stressé devant les journalistes, pour sa première conférence de presse avec les Bleus. En zone mixte après la rencontre face à l’Albanie, l’attaquant lillois ne s’est pas dégonflé, là aussi. Il est même resté plus de trois minutes pour répondre aux différentes questions sur sa soirée mémorable.

Le plus beau film

« Franchement, c’est le plus beau film que je pouvais m’imaginer », lâche-t-il pour commencer. Avant même de rentrer en jeu, l’excitation était palpable. Parti s’échauffer à la reprise de la seconde période, on voyait - du haut des tribunes - le Lillois trépigner d’impatience. « Je voulais rentrer, même à 0-0. J’avais envie de rentrer et de jouer. Quand le coach m’a appelé dans mon échauffement, la pression a commencé à venir », raconte Jonathan Ikoné. Moins de 10 minutes plus tard, l’attaquant du LOSC s’infiltre balle au pied depuis le couloir droit, s’appuie sur Nabil Fekir, qui lui remise intelligemment, et s’en va ajuster le gardien de but. « J’avais envie de hurler de joie au moment du but, mais je suis resté concentré. Parce que ce n’est qu’un but », temporise-t-il.

Après le match, Didier Deschamps est venu le voir sur le terrain pour le féliciter personnellement. Mais ensuite, c’est une vieille connaissance qui s’en est chargé. « Kylian Mbappé est venu me féliciter en premier. Il a commencé à crier devant tout le monde », raconte le natif de Bondy, tout comme l’attaquant du Paris Saint-Germain qu’il a connu en classe de CM2. Une soirée qu’il n’est donc pas près d’oublier. « C’est compliqué en ce moment, j’ai du mal à dormir. Je pense que ce soir aussi je vais tarder », ironise le jeune buteur.

L’avenir avec les Bleus ?

Ses nouveaux coéquipiers de l’Équipe de France ont également eu quelques mots pour commenter sa grande première. « Je suis content pour lui, parce qu’il le mérite, surtout au vu de ce qu’il a montré cette semaine à l’entraînement », retient Corentin Tolisso, qui n’est pas surpris par sa réussite, car « on connaissait déjà Jonathan par rapport à ce qu’il a fait avec Lille la saison passée ». Benjamin Pavard, lui, a su le mettre en confiance : « quand il est rentré, je lui ai dit de jouer comme il le fait à Lille, car il le fait très bien. Je suis content pour lui, c’est un jeune talentueux, qui va encore le montrer dans les semaines et dans les mois à venir ».

Avec lui en attaque pour finir la rencontre, Antoine Griezmann « a essayé de lui donner le plus de ballons possible ». L’attaquant du FC Barcelone « espère qu’il pourra s’installer en équipe de France ». Le mot de la fin pour le capitaine. Hugo Lloris se projette déjà vers l’avenir en lui passant un message d’encouragement : « c’est de bon augure pour la suite de sa carrière ». Jonathan Ikoné est le premier joueur à marquer lors de sa première sélection avec l’équipe de France depuis Younès Kaboul et Marvin Martin (face à l’Ukraine le 6 juin 2011). Espérons un meilleur sort pour lui tout de même.

10% sur tout Foot.fr avec le code FM10