Ce jeudi, un peu après 14H, Didier Deschamps a dévoilé la liste des 23 Bleus qui seront appelés à débuter la campagne de qualification pour l’Euro 2020 contre la Moldavie et l’Islande. Une liste qui a fait parler. Et on commence par la défense. Dans l’axe, malgré de très bonnes prestations avec le FC Barcelone et Manchester City, Clément Lenglet et Aymeric Laporte n’ont toujours pas reçu de convocation. Un choix que certains expliquent en partie par le profil de gauchers des deux joueurs, barrés par le duo de gauchers Kimpembe-Umtiti. Mais pour le sélectionneur, il n’y a pas que ça.

Un vécu qui fait la différence

« On est toujours dans la réflexion. Il n’y a pas que lui (Lenglet). Sam (Umtiti), on sait qu’il est avec nous depuis un moment. Il se trouve une bonne condition physique. L’enchainement des matches est précoce pour lui, mais il n’a pas de souci athlétique. Il a une maitrise du haut niveau et une maîtrise technique et ça me semble logique par rapport à Lenglet, qui n’a pas de connaissance du niveau international. D’autres sont aussi censés frapper à la porte. Ce sont des choix qui sont difficiles. Même si des joueurs ne sont pas sélectionnés aujourd’hui, ils nous font réfléchir. C’est une première chose de les voir performants avec leurs clubs. Il faut aussi les imaginer au niveau international avec l’équipe de France où les exigences sont encore plus élevées. Malheureusement pour ceux qui ne sont pas venus, le vécu est un poids important. Il est censé être au départ le remplaçant de Umtiti (au Barça) qui a eu des problèmes physiques. Il fait partie d’un grand club et montre une progression constante. Il fait partie des défenseurs centraux français qui ont à un très bon niveau ».

Sur les côtés, si la présence du fantomatique Djibril Sidibé n’est pas passée inaperçue, le retour en sélection de Layvin Kurzawa reste l’une des principales nouvelles du jour. Disparu des radars tricolores depuis novembre 2017, le défenseur du Paris Saint-Germain semblait perdu pour l’équipe de France. Entre une grosse blessure et un comportement jugé peu adéquat avec le haut niveau, l’ancien Monégasque semble avoir changé depuis le début de l’ère Tuchel au PSG. Et s’il profite surtout des blessures de Ferland Mendy et de Lucas Hernandez pour faire son retour, Didier Deschamps n’a pas hésité à envoyer un message d’encouragement au Parisien. « Ce n’est pas par défaut. C’est un joueur qui a connu un gros trou avec sa blessure. Il revient, fait voir des choses intéressantes. Il y a moins de concurrence parce qu’il y a beaucoup de blessures. Mais il a un certain vécu avec nous. Il n’est pas au maximum, mais sur matches qu’il a faits avec PSG, il est sur le bon chemin. Il a eu des expériences difficiles à travers sa blessure. Devenir papa aussi ça change la vie, comme Paul Pogba dernièrement. Ça modifie un équilibre de vie privée qui peut avoir plus ou moins de conséquences. Il sait qu’il a fait des erreurs. À lui de mettre tous les atouts de son côté pour qu’il puisse s’exprimer au mieux sur le terrain ».

« Je ne pense pas qu’ils vont être heureux »

Un cran au-dessus, dans l’entrejeu, la stabilisation du Lyonnais Tanguy Ndombélé chez les Bleus (le Gone avait été appelé pour la première fois en octobre 2018) n’est, en revanche, pas une surprise. « Il a beaucoup de qualités. Il fait partie de cette génération Espoirs. Il était avec nous pour le rassemblement en automne. Il a tout de suite démontré son aisance. Il a de la puissance et de l’agilité technique. On l’a vu hier face au Barça, il n’a pas de souci avec le ballon. Il a cette faculté d’éliminer l’adversaire et une bonne qualité de passe. Il devra gagner en régularité, il est capable de faire de bons matches. Dans un enchaînement, il peut avoir des difficultés, mais c’est un joueur ayant un potentiel important. Il le démontre avec son club, mais il l’a fait aussi avec nous ». Enfin, l’attaque tricolore suscite elle aussi quelques débats.

Comme Kurzawa, Anthony Martial a lui aussi fait son retour chez les Bleus après un an d’absence. « Antho fait toujours partie de ce groupe France. Il a eu quelques petits soucis physiques. Il a cette faculté, quand il est en peine possession de ses moyens, à éliminer à créer des différences, à marquer, à faire marquer, avec beaucoup de vitesse et de percussion. Il peut avoir des périodes moins bonnes, mais il a des qualités spécifiques de joueur offensif qui sont très intéressantes. » Et si la bonne saison du Français avec Manchester United valide sa convocation, les absences récurrentes de Wissam Ben Yedder (15 buts en Liga) et d’Alexandre Lacazette (12 réalisations en Premier League) n’en finissent plus d’interpeller. Et voici la réponse de DD. « Je ne pense pas qu’ils vont être heureux. Ils font beaucoup de choses très bien. J’ai un choix à faire. Ce n’est pas uniquement sur le profil. Ils ont un profil plus proche par rapport à Giroud qui a un profil différent. Olivier c’est le temps de jeu, quand il joue il marque. C’est difficile de ne pas pouvoir leur donner la possibilité. Ils le mériteraient. Je ne vais pas en prendre trois, quatre au même poste. J’ai peut-être fait le même choix depuis un moment. Sera-t-il le même en juin ? Ce n’est pas irrémédiable, il n’y a pas de vérité sur moyen et long terme. C’est celle d’aujourd’hui qui ne va pas dans leur sens ».