Imprévisible Robin van Persie. Après une fin en eau de boudin à Fenerbahçe, l’ancien buteur d’Arsenal décidait de rentrer au bercail en signant pour six mois au Feyenoord Rotterdam. Une ultime pige se disait-on avant un clap de fin bien mérité. Mais voilà, le buteur hollandais n’est pas pressé de raccrocher les crampons et son retour à Rotterdam ressemble à s’y méprendre à un conte de fées. Pour ses six premiers mois à Feyenoord, Van Persie plante cinq buts en douze apparitions en championnat et distille une passe décisive.

Pour couronner le tout, son équipe remporte la Coupe des Pays-Bas face à Alkmaar (3-0) et l’intéressé y va de son petit but. L’histoire est belle pour un joueur qui remporte son premier trophée avec son club formateur, seize ans après avoir raflé le dernier (une coupe de l’UEFA). Avec cet ultime succès, RVP allait-il prendre sa retraite et partir sur la voie royale ? Après avoir quelque peu tergiversé sur son avenir, l’ancien international hollandais a finalement rempilé pour une saison.

Van Persie veut terminer sa carrière en apothéose

Assoiffé de compétition, Robin Van Persie comptait donc encore mettre au supplice les défenses hollandaises pendant douze mois. « Après la victoire en Coupe, je me suis dit que c’était une belle façon de partir. Mais je continue, je suis trop enthousiaste pour arrêter. Etre dans cette équipe, me trouver sur le terrain, cela me procure énormément de plaisir, » expliquait ainsi le numéro 32 du Feyenoord. Une décision saluée par son entraîneur Giovanni Van Bronckorst qui n’a d’ailleurs pas hésité à lui confier le capitanat.

« C’est un véritable honneur pour moi, encore plus parce que j’ai grandi ici, » révélait le buteur. Et depuis le début de saison, l’ancien Mancunien affiche des statistiques impressionnantes. En quatre matchs disputés, Van Persie a déjà inscrit quatre buts et délivré deux passes décisives. Soit un but toutes les quatre vingt six minutes ! Résultat, les pensionnaires du stade De Kuip occupent la troisième place au classement de l’Eredivisie derrière l’Ajax et le PSV. À 35 ans, difficile d’extrapoler sur son état de forme jusqu’en juin prochain. Mais une chose s’avère certaine, l’idylle entre Robin van Persie et Feyenoord restera quoiqu’il arrive gravée dans le marbre...