La saison dernière a marqué le grand retour de l’Ajax Amsterdam sur le devant de la scène européenne. Un retour en force dû en grande partie à l’éclosion de jeunes pépites telles que Frenkie de Jong, Matthijs de Ligt ou encore Donny van de Beek, mais aussi à des éléments de grandes qualités tels que Hakim Ziyech ou Dusan Tadic. Victime de son succès, la formation batave sait qu’il lui sera très compliqué de conserver pendant longtemps ses meilleurs joueurs. De Jong et de Ligt ont déjà plié bagage et il y a fort à parier pour qu’un Ziyech ne fasse pas long feu non plus.

Cependant, malgré un effectif en proie au démembrement massif, l’Ajax prouve qu’elle sait se renouveler. Et ce week-end, le club entraîné par Erik ten Hag a de nouveau vu un espoir du club signer des débuts tonitruants. Intégré progressivement à l’équipe première depuis la saison dernière (3 apparitions), Noa Lang (20 ans) a été titularisé pour la première fois à l’occasion du match d’Eredivisie sur la pelouse du FC Twente en raison des absences sur blessure de Zakaria Labyad et David Neres. Résultat : un triplé décisif pour la victoire 5-2 des siens. Un moment historique. En effet, Lang est le premier jeune ajacide à réaliser une telle performance pour sa première titularisation avec l’Ajax depuis Henk Groot en 1959.

Un triplé historique

Une belle façon de terminer une semaine marquée par une première apparition en Ligue des Champions mercredi dernier face au LOSC. Une compétition qu’il avait forcément hâte de découvrir. « En fait, je suis toujours très calme. Je sais que j’ai été fait pour ça. J’étais particulièrement heureux d’avoir enfin eu l’occasion de jouer. (...) La plupart du temps, mes premiers premières touches de balle ne sont pas fameuses, mais aujourd’hui (mercredi, ndlr) tout s’est bien passé », déclarait-il au micro d’Ajax TV après sa première dans le Nord de la France. Une satisfaction énorme pour cet ancien pensionnaire de l’académie du Feyenoord dont l’attache pour l’Ajax lui est venu de sa famille.

Fils d’un père travaillant à l’époque pour les Lanciers et beau-fils de l’ancien Ajacide et ex-international marocain, Nourdin Boukhari, Lang a ensuite suivi les pas de sa mère et de Boukhari pour débarquer au FC Nantes en 2006. Il n’y restera qu’un an avant de rentrer aux Pays-Bas. Finalement, après de nombreuses années passées dans le cocon de Feyenoord, l’attaquant a intégré le centre de formation de l’Ajax en 2013. Après avoir fait ses classes au sein des équipes de jeunes, l’impatient attaquant vit donc pleinement son rêve. De quoi ravir un de ses anciens partenaires en équipe de jeunes, Justin Kluivert.

Ex de Feyenoord passé par Nantes et fan de l’Ajax

« Il est mon frère depuis le premier jour quand il a rejoint Ajax. Nous sommes partis en vacances cinq ou six fois ensemble. Je serai toujours là pour lui et je sais que Noa le ferait aussi pour moi. Sa qualité c’est qu’il sait ce qu’il peut faire et il le fait à 100%. Il a le potentiel de devenir un joueur de premier plan. » Et si l’Ajax peut se frotter les mains et espère désormais que Lang confirmera sur la durée, la tendance est légèrement différente du côté des anciens de Feyenoord. « S’il continue avec ce genre de statistiques, il sera à Barcelone dans peu de temps », ironisait hier l’ancienne figure de Feyenoord, Willem van Hanegem, un brin déçu de ne pas voir Lang éclore sous le maillot de son ancien club.

Idem chez un entraîneur qui connaît bien Lang, Coen van der Hoeven. « En termes de qualités, il n’a jamais été inférieur à Terence Kongolo et Tonny Vilhena (qu’il a côtoyé à Feyenoord) alors qu’ils avaient cinq ans de différence. Il est un peu têtu. Certains vont appeler ça de l’arrogance. J’aime ça. Il dit ce qu’il pense, mais il faut encore que ce soit vrai parce que sinon, il y a suffisamment de personnes pour vous tacler, en particulier dans le monde du football », a-t-il déclaré dans des propos relayés par NRC. Une forte tête désireuse de briller avec le club de son coeur : on n’a peut-être pas fini d’entendre parler de Noa Lang dans les mois à venir.