L’AC Milan version 2018 n’a plus grand-chose à voir avec la terreur italienne d’il y a onze ans, lors de sa dernière victoire en Ligue des Champions. La donne était claire : le club lombard ne devait pas perdre pas deux buts d’écart sur la pelouse de l’Olympiakos pour se qualifier pour les seizièmes de finale de la Ligue Europa. Ce qui aurait dû être une mission impossible pour le club grec est devenu une réalité, avec une victoire 3-1, qui conduit l’AC Milan à une crise de nerfs.

Celle de Leonardo, le directeur sportif, qui s’est ridiculisé après la rencontre en inventant une nouvelle forme de justification : le bruit du stade, ajouté à ses critiques sur l’arbitrage. « Le penalty me semble inexistant, même l’action de leur but sur corner est inexistante. Il y avait également un bruit incroyable à chaque fois que nous avons attaqué, et le règlement n’autorise aucun outil pour déranger les adversaires. Le bruit a dérangé tout le monde, cela a empiré sur la fin et nous a créé des problèmes », a-t-il osé lancer au micro de Sky Italia, avant de poursuivre.

« Le bruit dérangeait tout le monde »

« Je suis allé sur le terrain parce que le bruit dérangeait tout le monde, l’arbitre aurait dû arrêter le match. Il a permis une situation qui nous a mis en difficulté. Avant le match, nous avions dix points et trois de plus que l’Olympiakos. Nous n’avons pas été brillants mais ce qu’il s’est passé a été influencé par des erreurs arbitrales. Cette élimination est injuste ». Notons que l’arbitre de la rencontre était le Français Benoît Bastien. Habitué à critiquer l’arbitrage français lorsqu’il travaillait pour le PSG, Leonardo n’a pas hésité à repartir sur ce sujet pour justifier la déroute milanaise.

L’entraîneur des Rossoneri, Gennaro Gattuso, a pris plus de recul pour expliquer la défaite des siens et l’élimination en phase de poule d’une compétition européenne, une première depuis 1999 ! « Nous sommes plus forts que l’Olympiakos mais nous leur avons donné le match. Nous avons fait preuve de naïveté et montré que nous ne maîtrisons pas bien ce genre de situation. On ne fait pas assez mal quand nous devons tuer le match. Maintenant, il faut regarder les choses en face et prendre nos responsabilités », a-t-il expliqué. Pas vraiment la position de Leonardo hier soir !